Libellé préféré : COVID-19;

Ressource obsolète : false;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
La vaccination contre le COVID-19 chez les jeunes de 12 à 15 ans
Considérations éthiques
https://www.nek-cne.admin.ch/inhalte/Themen/Stellungnahmen/fr/NEK-CNE_Prise_de_position_Vaccination_Covid_Adolescents_finale.pdf
Depuis l’approbation de l’extension de l’indication du vaccin de Pfizer/BioNTech du 4 juin 2021, les jeunes de 12 à 15 ans disposent en Suisse d’une nouvelle option pour se protéger contre l’infection au virus SARS-CoV-2 (OFSP, 2021). Cependant, depuis le début du mois de juillet 2021, on observe aussi dans notre pays la propagation du variant Delta bien plus transmis-sible. On peut donc craindre que les mesures d’endiguement existantes, associées à un taux de vaccination relativement faible, ne soient pas suffisantes pour contenir la quatrième vague. En même temps, une pression sociale grandissante à se faire vacciner s’exerce sur tous les groupes d’âge. Finalement, l’augmentation du nombre d’hospitalisations, en vue également de l’automne et de l’hiver prochains, pose avec une urgence renouvelée la question de savoir si, et sous quelle forme, des limitations étatiques pourraient se justifier, afin de maintenir les capacités du système de santé. Ces mesures risquent d’affecter tout particulièrement les jeunes.
2021
CNE - Commission nationale d'éthique pour la médecine humaine
Suisse
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
recommandation de santé publique
Vaccins
Éthique
vaccination
éthique
COVID-19
vaccination; médication préventive
vaccin contre la COVID-19
Vaccine
dû à
vaccin contre la COVID-19
adolescent
vaccination
vaccins antiviraux
infections à coronavirus

---
N3-AUTOINDEXEE
La crise du Covid-19 en Europe, révélatrice des fragilités et des inégalités sur le marché du travail
https://ceet.cnam.fr/publications/connaissance-de-l-emploi/la-crise-du-covid-19-en-europe-revelatrice-des-fragilites-et-des-inegalites-sur-le-marche-du-travail-1283764.kjsp?RH=1507624655036
Les réductions d’activité liée à la pandémie de Covid-19 ont eu des effets très importants sur l’emploi. Cette crise sanitaire et économique a conduit à des pertes d’emploi et des réductions de temps de travail de grande ampleur, mais aussi à la généralisation de nouvelles pratiques de travail à distance. À cela s’est ajouté un facteur d’exposition aux risques pandémiques pour nombres de travailleurs. En s’appuyant sur les données issues d’une enquête européenne réalisée au début de la crise sanitaire, ce numéro de Connaissance de l’emploi se penche sur les effets contrastés qu’a produits cette crise sur la qualité de l’emploi et du travail, et montre que les travailleurs européens ont été confrontés à des changements de modalités et de contenu du travail, tels que le travail à distance, la variation des heures effectives de travail et l’exposition aux risques pandémiques.
2021
CNAM - Conservatoire national des arts et métiers
France
COVID-19
article de périodique
Fragilité
facteurs socioéconomiques
Travail
divulgation
Europe
fragilité
métier
Europe
travail
COVID-19
Inégalités
crise
démarche
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N2-AUTOINDEXEE
Les dépenses de santé en 2020 - Résultats des comptes de la santé - Édition 2021
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/publications/panoramas-de-la-drees/les-depenses-de-sante-en-2020-resultats-des-comptes-de-la-sante
L’ouvrage Les dépenses de santé en 2020 - édition 2021 présente un tableau détaillé des dépenses de santé en France en 2020. La consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) est évaluée à titre provisoire à 209,2 milliards d’euros. Elle progresse de 0,4 % par rapport à 2019, soit le rythme de croissance le plus faible jamais observé depuis 1950 du fait de la crise sanitaire. Ses composantes progressent à des rythmes très disparates compte tenu des impacts différenciés de la pandémie de Covid-19. Alors que les soins hospitaliers progressent de 3,7 % en 2020, les dépenses de soins ambulatoires sont en repli de 2,5 %.
2021
DREES - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
France
COVID-19
rapport
édition
dépenses de santé
États financiers
Compte de résultats
ayant comme résultat

---
N3-AUTOINDEXEE
Mes questions sur la vaccination contre le Covid-19
J’ai entre 12 et 17 ans
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/leaflet_2_volets_a4_vaccin_jeunes_numerique_bd.pdf
POURQUOI UN VACCIN CONTRE LE COVID-19 ? Le Covid-19 est une maladie causée par un coronavirus. Ce virus est très contagieux et peut être dangereux car il peut mener jusqu’à l’hospitalisation, et la mort. Dans le monde, depuis janvier 2020, près de 4,5 millions de personnes sont décédées du Covid. Les vaccins contre le Covid sauvent des vies en protégeant contre la maladie et en diminuant la transmission du virus.
2021
false
false
false
Ministère des solidarités et de la Santé
France
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
information patient et grand public
vaccination; médication préventive
vaccin contre la COVID-19
vaccination
Vaccine
vaccination
vaccin contre la COVID-19
Vaccins
COVID-19
vaccins antiviraux
infections à coronavirus

---
N3-AUTOINDEXEE
Mes questions sur la vaccination contre le Covid-19
J’ai un enfant qui a entre 12 et 17 ans
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/leaflet_2_volets_a4_vaccin_parents_numerique_bd.pdf
POURQUOI UN VACCIN CONTRE LE COVID-19 ? Le Covid-19 est une maladie causée par un coronavirus. Ce virus est très contagieux et peut être dangereux car il peut mener jusqu’à l’hospitalisation, et la mort. Dans le monde, depuis janvier 2020, près de 4,5 millions de personnes sont décédées du Covid. Les vaccins contre le Covid sauvent des vies en protégeant contre la maladie et en diminuant la transmission du virus.
2021
false
false
false
Ministère des solidarités et de la Santé
France
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
information patient et grand public
vaccination
Enfant
COVID-19
Vaccine
Enfant
vaccin contre la COVID-19
enfant
vaccination; médication préventive
Vaccins
Enfant
vaccin contre la COVID-19
enfant
vaccination
Enfant
vaccins antiviraux
infections à coronavirus

---
N2-AUTOINDEXEE
COVID-19 et Anticoagulants en dose thérapeutique
Réponse en continu
https://www.inesss.qc.ca/covid-19/traitements-specifiques-a-la-covid-19/anticoagulants-en-dose-therapeutique.html
Le présent document ainsi que les constats qu’il énonce ont été rédigés en réponse à une interpellation du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le contexte de la crise sanitaire liée à la maladie à coronavirus (COVID-19) au Québec. L’objectif est de réaliser une recension des données publiées et de mobiliser les savoirs clés afin d’informer les décideurs publics et les professionnels de la santé et des services sociaux. Bien que les constats reposent sur un repérage exhaustif des données scientifiques publiées, sur l’évaluation de la qualité méthodologique des études et sur une appréciation du niveau de preuve scientifique par paramètre clinique d’intérêt, ainsi que sur la consultation de cliniciens avec différentes spécialités et expertises, le processus ne repose pas entièrement sur les normes habituelles à l’INESSS. Dans les circonstances d’une telle crise de santé publique, l’INESSS reste à l’affût de toutes nouvelles données, qu’elles soient de nature scientifique ou contextuelle, susceptibles de lui faire modifier cette réponse.
2021
INESSS - Institut national d'excellence en santé et en services sociaux
Canada
COVID-19
recommandation pour la pratique clinique
Thérapeutique
anticoagulothérapie
COVID-19
Thérapeutique
anticoagulants
persistant
Thérapeutiques
réponse thérapeutique
anticoagulant
thérapeutique
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Vaccination, Variants, Echecs, Adolescents
COVID-19
https://www.infovac.fr/docman-marc/public/covid-19/1774-actualisation-diaporama-infovac
2021
false
false
false
InfoVac France - ligne directe d'information et de consultation sur les vaccins
France
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
information scientifique et technique
adolescent
vaccination
échec de vaccination
COVID-19
Adolescent
vaccin contre la COVID-19
adolescence
Vaccins
Vaccine
vaccination; médication préventive
Adolescent
vaccin contre la COVID-19
vaccins antiviraux
infections à coronavirus

---
N2-AUTOINDEXEE
Répercussions du confinement sur le psychisme et l’utilisation des médias en pédopsychiatrie
https://www.paediatrieschweiz.ch/fr/repercussions-confinement-sur-psychisme-consommation-medias-enfants/
La pandémie Covid-19 a confronté toutes les familles à des défis sans précédent: suite à l’interdiction de contacts et l’absence d’alternatives de loisirs, les médias numériques ont pris une plus grande importance que jamais. Les enfants et adolescents avec des troubles psychiques préexistants étaient particulièrement affectés par les effets de la pandémie et la crainte était grande que précisément dans une population à risque de consommation de drogues ou de comportements dysfonctionnels, se manifeste une surconsommation problématique d’internet.
2021
false
false
false
Pédiatrie suisse
Suisse
COVID-19
article de périodique
mass-médias
pédopsychiatrie
pédopsychiatrie
confinement de risques biologiques

---
N3-AUTOINDEXEE
Analyse de l’impact de la pandémie à Covid-19 sur l’activité d’anesthésie-réanimation au sein du Centre Hospitalier d’Haut-Lévêque (CHU de Bordeaux)
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03288478
Contexte : la pandémie de Covid-19 a nécessité une réorientation des ressources humaines notamment du bloc opératoire vers les unités de soins intensifs. L'objectif de cette étude est d'évaluer l'impact de la pandémie de COVID-19 sur l'activité chirurgicale 2020, de transplantation d'organes et de soins intensifs dans un hôpital universitaire français. Méthode : une étude observationnelle rétrospective a été réalisée sur les données de chirurgie cardiaque, thoracique et digestive pour les années 2019 et 2020. Les données ont été recueillies à l'aide d'une base de données numérique pour l'activité chirurgicale et d'un recueil systématique de l'activité dans les unités de soins intensifs. Toutes les activités ont été comparées mois par mois entre 2020 et 2019. Résultats : au total, l'activité chirurgicale a diminué de -10% entre 2020 et 2019, l'activité de transplantation de -25% et l'activité de réanimation de -5%. La chirurgie ayant connu la baisse la plus importante est la chirurgie cardiaque conventionnelle avec une baisse de -18%. En ce qui concerne les chirurgies thoracique et digestive, cette baisse est principalement due au report de chirurgies mineures non urgentes. Les mois ayant connu la baisse la plus importante sont les mois de mars, avril, mai et novembre, correspondant aux deux vagues de la pandémie de Covid en France. Conclusion : une nette baisse d'activité a été observée pendant les pics de l'épidémie, tant au bloc opératoire que dans les unités de soins intensifs. Ceci représente un véritable défi pour l’avenir : réussir à prendre en charge les patients Covid sans retarder ni entraver la prise en charge des patients non-Covid.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
COVID-19
thèse ou mémoire
réanimation
pandémies
Centre
hôpitaux universitaires
central
hôpital
COVID-19
région mammaire
absence de sensation
Anesthésie
anesthésie
Hôpitaux
hôpitaux
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N3-AUTOINDEXEE
Choix et jugements moraux des soignants au temps de la pandémie de COVID 19 : une étude pilote randomisée au CHU de Caen
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03331177
Introduction. Les soignants sont confrontés à des dilemmes éthiques en position de témoin et/ou de « résolveur » (être celui qui doit trancher). La pandémie à COVID-19 en créant une tension entre besoins et ressources a accru l’exposition des soignants à ce type de situations. Des valeurs reposant sur une éthique de type conséquentialiste ont été proposées pour les guider dans leurs démarches éthiques. L’objectif de cette étude était de déterminer si ces valeurs étaient cohérentes avec celles qui guidaient les soignants lors de leurs réflexions éthiques. Un objectif secondaire était d’étudier l’impact de la position de témoin sur la position de résolveur de dilemmes. Méthode. Il s’agit d’une étude prospective randomisée auprès de médecins et de paramédicaux du CHU de Caen. Il leur était exposé un choix entre deux patients critiques dont un seul pouvait être pris en charge. Les soignants étaient randomisés en deux groupes selon qu’ils étaient témoins puis résolveurs du dilemme ou inversement. Résultats. Ont été inclus 186 soignants (123 médecins/63 paramédicaux). Il était observé une priorisation des patients selon leur valeur instrumentale. Le principe de bienfaisance impartiale n’était pas strictement appliqué. Le principe de maximisation des bénéfices était respecté mais ne l’était pas systématiquement quand il était mis en balance avec d’autres principes moraux. L’impact de la position de témoin sur la position de résolveur était limité. Conclusion. Les valeurs proposées en cas de raréfaction des ressources sont pour certaines en cohérence avec celles des soignants alors que d’autres ne le sont pas. Être témoin d’un dilemme n’impacte pas systématiquement sa résolution.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
COVID-19
thèse ou mémoire
projets pilotes
COVID-19
sens moral
pandémies
comportement de choix
hôpitaux universitaires
éthique
Pilotes
a comme soignant
moral
aidants
études par échantillonnage
sens moral
Pilotes
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N3-AUTOINDEXEE
Valeur pronostique de la fraction de raccourcissement longitudinal du ventricule droit chez les patients ayant une pneumopathie sévère liée à la COVID-19
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03331996
La dysfonction systolique du ventricule droit est une complication fréquente de l'infection à COVID-19. La fraction de raccourcissement longitudinal du ventricule droit (RV-LSF) est un paramètre échocardiographique évaluant la fonction systolique globale du ventricule droit en speckle tracking. Les avantages du RV-LSF par rapport aux paramètres conventionnels sont l'angle doppler indépendance, l'automaticité et la reproductibilité. L'objectif de cette étude était d'évaluer la valeur pronostique du RV-LSF chez les patients souffrant d'une pneumopathie à COVID-19 hospitalisés en soins critiques. Étude prospective monocentrique réalisée au CHU d'Amiens. Les paramètres mesurés en échographie trans-thoracique dans les 48h suivant l'admission étaient l'excursion systolique de l'anneau tricuspide, l'onde S', la fraction de raccourcissement de surface du ventricule droit et le RV-LSF. Le RV-LSF était mesuré à l'aide d'un logiciel dédié (QLAB 13.0). L'objectif principal était la mortalité à 30 jours. Sur les 110 patients inclus, 18% (n 20/110) étaient décédés à 30 jours. Le RV-LSF était le paramètre avec la meilleur AUC pour identifier les patients décédés à 30 jours (AUC de 0,65 (IC95% [0,50-0,81]; p 0.05), sa valeur optimale pour prédire la mortalité à 30 jours était de 19% avec une sensibilité de 62% et une spécificité de 73% pour un odds ratio de 0,31 (IC95% [0,13-0,72] p 0,007). En régression multivariée, le RV-LSF 19% était associé à la mortalité à 30 jours (OR 3.01 [1.01-9.01], p 0.05). Le RV-LSF a un intérêt pronostic chez les patients souffrant d'une pneumopathie COVID-19 sévère.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
COVID-19
thèse ou mémoire
a comme patient
Ventricule droit
Pneumopathie
sévère
court
ventricules cardiaques
droits des patients
COVID-19
pneumopathie
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Description des parcours de soins des patients atteints de la COVID-19 en Unités de Soins de Longue Durée des HCL: résultats préliminaires de l'étude COV-SLD
https://n2t.net/ark:/47881/m60v8cfr
La pandémie de COVID-19 a débuté en décembre 2019 en Chine. En France, les EHPAD et USLD ont été fortement impactés par la première vague épidémique tant en termes de contaminations qu'en termes de mortalité secondaire à l'infection au SARS-CoV2. Un questionnement central et spécifique aux USLD s'est posé : faut-il transférer tous les patients-résidents atteints de la COVID-19 en courts séjours pour éviter une perte de chance en termes de soins prodigués ou non ? L'objectif principal de cette thèse était de décrire les parcours de soins des patients-résidents des USLD des HCL avec un diagnostic confirmé de COVID-19 lors de la première vague. Les objectifs secondaires étaient de décrire les caractéristiques cliniques et paracliniques de ces mêmes patients ainsi que leur pronostic vital, fonctionnel, psychologique et cognitif. Pour cela, les patients ont été suivis durant un an après la COVID-19. 77 patients ont été inclus. Ils étaient représentatifs de la population des USLD. Les parcours de soins étaient statistiquement corrélés aux niveaux de soin requis des patients (p-value 0,005). Il n'y avait pas de corrélation entre la mortalité et les parcours de soins ou les niveaux de soin. La mortalité s'élevait à 23,4 % au 30ème jour post infection. Le taux de mortalité à 12 mois était de 36,4 %. En USLD, la COVID-19 se manifestait par des signes généraux, respiratoires, une altération de l'état général ou des modifications du comportement. Lors du suivi, une baisse de l'autonomie, de l'état général et cognitif a été constaté chez ces patients. Au total, les patients de SLD des HCL ayant présenté une infection COVID confirmée initialement ont eu un parcours corrélé à leur niveau de soin, avec un taux de survie de 77%
2021
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
COVID-19
thèse ou mémoire
COVID-19
études de résultat
programme clinique
Soins aux patients
a comme patient
durée
Données préliminaires
ayant comme résultat
résidences pour personnes âgées
composés organiques volatils
évaluation de résultat des soins
établissements de soins de long séjour
maladie
soins de longue durée
soins aux patients
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Hygiène en cabinet de médecine générale en Alsace: état des lieux et changements pendant la première vague de la pandémie de la COVID
https://publication-theses.unistra.fr/public/theses_exercice/MED/2021/2021_MEICHEL_Cecile.pdf
La pandémie de la Covid au printemps 2020 a entrainé de nombreuses modifications Dans la gestion de l’hygiène au sein des cabinets de médecine générale. Un questionnaire a été envoyé aux médecins généralistes alsaciens par voie électronique afin d’objectiver les modifications de leurs pratiques en matière d’hygiène du fait de la première vague de la pandémie. Les pratiques avant la pandémie des médecins alsaciens relevées dans notre étude concordent globalement avec celles d’autres régions, même si des améliorations sont à apporter, notamment le remplacement du revêtement du cabinet par un revêtement de type linoléum, la mise en place d’un essuie-main à usager unique dans la salle de consultation, l’utilisation d’une poubelle type DASRI pour les déchets mous à risque infectieux, le nettoyage quotidien du sol et du mobilier, ainsi que du stéthoscope et du brassard tensionnel, le retrait des alliances et montres en consultation, et enfin le lavage des mains au savon à l’arrivée au cabinet et si les mains sont souillées. Il apparait dans notre étude que tous les médecins ont changé spontanément leur pratique au cours de la pandémie, pour mieux se conformer aux recommandations. Ils ont modifié leur organisation de travail, avec un recours massif aux consultations sur rendez-vous et à la téléconsultation, et ils ont aménagé leur salle d’attente pour diminuer le nombre de patients présents au même moment. Le nettoyage du cabinet a été fait de façon quotidienne, surtout le mobilier, les poignées de porte ou le petit matériel. De nombreux médecins ont nettoyé eux-mêmes leur petit matériel (stéthoscope, brassard tensionnel, saturomètre), leur bureau ou leur matériel de facturation entre chaque patient. Tous les médecins ont arrêté de serrer la main à leurs patients, et ils ont été une majorité à enlever leurs bijoux ou montres en consultation. Les médecins se sont plus lavé les mains en arrivant et en partant du cabinet, ainsi qu’après chaque patient, avec un recours massif à la solution hydroalcoolique. Les médecins alsaciens ont utilisé du matériel supplémentaire pendant la pandémie, mais la pénurie les a obligés à limiter leur utilisation de masque FFP2, masque chirurgical, surblouse et solution hydroalcoolique. Ce manque de matériel de protection individuelle explique en partie que 59.2% des médecins ont eu peur pour leur propre santé lors de cette première vague de la pandémie de la Covid. Les trois quarts des médecins pensent que leurs pratiques seront modifiées durablement, ce qui restera à confirmer par des études ultérieures
2021
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
COVID-19
thèse ou mémoire
hygiène
pandémies
avec propreté
Médecins
changeant
médecine d'État
Hygiène
COVID-19
médecine générale
transition de phase
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation de l'impact du second confinement lié à la pandémie de COVID-19 sur l'activité physique et l'état anxio-dépressif au sein d'une population de patients porteurs d'une pathologie cardiovasculaire et/ou métabolique chronique: patients inclus dans l'étude PhysiCOVID 2
https://publication-theses.unistra.fr/public/theses_exercice/MED/2021/2021_MIDOUX_Stessy.pdf
Introduction : L’étude PhysiCOVID, lors du 1er confinement dû au COVID-19 en France, retrouvait une augmentation des activités physiques et sportives (APS). Une évaluation lors du 2nd confinement s’est avérée nécessaire. Matériel et Méthode : L’étude PhysiCOVID2, soutenue par le CNOSF et la SFMES est non interventionnelle, multicentrique et concerne des sujets sains et des patients porteurs de pathologies chroniques. L’objectif principal est d’évaluer l’évolution du niveau d’APS hebdomadaire. Les objectifs secondaires sont d’évaluer le niveau et la variation d’anxiété et de dépression, et de comparer l’APS entre les deux confinements. Notre travail porte sur les patients cardio-vasculaires et métaboliques (CMVV). Résultats : Au total 397 sujets ont été inclus. 212 strasbourgeois avec 106 patients dont 49 CMVV. Le nombre de séances d’APS des CMVV est de 3,8 avant le 2nd confinement et 3,4 pendant. Pour les sujets sains, il est de 3,3 avant et 2,8 pendant. Entre avant le 1er et pendant le 2nd confinement, autant de CMVV ont arrêté qu’instauré une APS. Pendant le 2nd confinement 20% des CMVV ont présenté des signes d’anxiété et 10% de dépression. Discussion-Conclusion : Peu de patients ont instauré une APS pendant le 2nd confinement enrayant l’instauration observée lors du 1er confinement. La symptomatologie anxio-dépressive reste stable faisant suspecter une pérennisation des troubles
2021
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
COVID-19
thèse ou mémoire
Pathologie
Pathologie
fonction métabolique générale
Pathologie
Pathologie du sein
Etat dépressif
Pathologie
exercice physique
Physique
dépression
Physique
patients
dépression
collecte de données
Métabolisme
COVID-19
confinement de risques biologiques
incluant
Etat dépressif
maladies métaboliques
études d'évaluation comme sujet
maladies du sein
Pathologie
depression
Pathologie
maladies cardiovasculaires
Etat dépressif
dépression
population
a comme patient
Pathologie
Pathologie
Métabolisme
pandémies
PATHOLOGIE
physique
métabolisme
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N2-AUTOINDEXEE
Pass sanitaire
COVID-19
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/pass-sanitaire
les activités de restauration commerciale (bars et restaurants, y compris sur les terrasses), à l’exception de la restauration collective ou de vente à emporter de plats préparés, de la restauration professionnelle routière et ferroviaire, du « room service » des restaurants et bars d’hôtels et de la restauration non commerciale, notamment la distribution gratuite de repas ; les foires et salons professionnels, et les séminaires professionnels ; les services et établissements de santé, sociaux et médico sociaux, pour les personnes accompagnant ou rendant visite aux personnes accueillies dans ces services et établissements ainsi que pour celles qui y sont accueillies pour des soins programmés. Cette mesure, qui s’applique sous réserve des cas d’urgence, n’a pas pour effet de limiter l’accès aux soins ; les déplacements de longue distance par transports publics interrégionaux (vols intérieurs, trajets en TGV, Intercités et trains de nuit, cars interrégionaux) ; les grands magasins et centres commerciaux de plus de 20 000 m², sur décision du préfet du département, lorsque leurs caractéristiques et la gravité des risques de contamination le justifient, dans des conditions garantissant l’accès des personnes aux biens et services de première nécessité ainsi qu’aux moyens de transport accessibles dans l’enceinte de ces magasins et centres.
2021
Gouvernement français
France
COVID-19
information scientifique et technique
COVID-19
permanence des soins
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N2-AUTOINDEXEE
Revue de la littérature scientifique sur le variant delta : transmission, virulence et efficacité vaccinale
COVID-19
https://www.inspq.qc.ca/publications/3160-variant-delta-transmission-virulence-efficacite-vaccinale
Détecté pour la première fois en Inde en septembre 2020, le variant delta (B.1.617.2, AY.1, AY.2, AY.3, AY.3.1) est présent à ce jour dans au moins 142 pays et domine à l’échelle mondiale. Comparativement au variant alpha (B.1.1.7), le variant delta est plus transmissible et serait associé à un risque plus élevé d'hospitalisation, d’admission aux soins intensifs et de décès chez des individus majoritairement non vaccinés. De plus, les cas d’infections liées au variant delta sont associés à une plus courte période d’incubation, à des charges virales plus élevées et à une durée d’excrétion virale prolongée dans les voies respiratoires. Des données préliminaires suggèrent que les personnes vaccinées infectées par le variant delta sont contagieuses, mais pour une période plus courte par rapport aux personnes non vaccinées. L’efficacité des vaccins approuvés au Canada pour prévenir les infections symptomatiques liées au variant delta demeure élevée, mais semble diminuée par rapport au variant alpha, et ce particulièrement chez les personnes partiellement vaccinées (1 dose). Une haute efficacité vaccinale contre les hospitalisations liées au variant delta est toutefois maintenue. Des études supplémentaires sont nécessaires afin de mieux évaluer les risques de transmission par des personnes vaccinées et présentant une forme asymptomatique de la maladie de la Covid-19. D’autres études doivent également être menées afin d’avoir une meilleure estimation de l’efficacité des vaccins pour prévenir les infections asymptomatiques.
2021
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
revue de la littérature
virulence
efficacité du vaccin
COVID-19
Transmissions
littérature de revue comme sujet
Littérature
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N2-AUTOINDEXEE
Bithérapie d’anticorps monoclonaux (casirivimab et imdevimab 120 mg/mL, Roche) : Approvisionnement des établissements de santé et extension d’indication en prophylaxie chez les patients à risque d’évolution vers les formes graves de la COVID-19 et en cas de réponse vaccinale inadaptée
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgs-urgent_85_anticorps_monoclonal_bitherapie.pdf
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/anticorps_monoclonaux_parcourspds-bitherapieroche_prophylaxie_pf1.pdf
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/anticorps_monoclonaux_parcourspds-bitherapie_curatif_pf2.pdf
Dans le contexte du besoin exprimé par l’ANRS-MIE d’élargir le traitement des patients ambulatoires atteints d’une infection au SARS-CoV-2 (MARS 2021-20) à la prophylaxie pré-exposition et post-exposition de la COVID-19, une demande d’autorisation d’accès précoce (AAP) a été sollicitée par le laboratoire ROCHE pour la bithérapie d’anticorps monoclonaux RONAPREVE (CASIRIVIMAB et IMDEVIMAB 120 mg/mL solution à diluer pour perfusion). Ce traitement à visée prophylactique ne se substitue pas à la vaccination qui doit rester l’option privilégiée.
2021
false
false
false
Ministère des solidarités et de la Santé
France
COVID-19
RONAPREVE
recommandation professionnelle
Anticorps monoclonaux
indication de
imdévimab
établissements de santé
patients
casirivimab et imdévimab
casse-croute
Indicateurs
casirivimab
Inadaptation
a comme patient
anticorps monoclonaux
indicateurs et réactifs
traitement prophylactique
Risque
anticorps monoclonaux
Anticorps monoclonaux
produits dangereux
traction
COVID-19

---
N2-AUTOINDEXEE
Eligibilité et orientation à la prophylaxie par anticorps monoclonaux
COVID-19
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/20210817_anticorps_monoclonaux_parcourspds-bitherapieroche_prophylaxie.pdf
2021
false
false
false
Ministère des solidarités et de la Santé
France
COVID-19
recommandation professionnelle
algorithme
orientation
traitement prophylactique
Anticorps monoclonaux
orientation
Anticorps monoclonaux
anticorps monoclonaux
COVID-19
anticorps monoclonaux

---
N1-VALIDE
Les corticostéroïdes (médicaments anti-inflammatoires) administrés par voie orale ou par injection sont-ils un traitement efficace chez les personnes atteintes de la COVID-19 ?
https://www.cochrane.org/fr/CD014963/HAEMATOL_les-corticosteroides-medicaments-anti-inflammatoires-administres-par-voie-orale-ou-par-injection
Principaux messages • Les corticostéroïdes (médicaments anti-inflammatoires) administrés par voie orale ou par injection (systémique) sont probablement des traitements efficaces chez les personnes hospitalisées atteintes de la COVID-19. Nous ne savons pas s'ils provoquent des effets indésirables. • Nous ne savons pas quel corticostéroïde systémique est le plus efficace. Nous n'avons pas trouvé de données probantes concernant les personnes sans symptômes ou présentant une forme légère de la COVID-19 qui n'ont pas été hospitalisées. • Nous avons trouvé 42 études en cours et 16 études terminées qui n'ont pas encore publié leurs résultats. Nous mettrons à jour cette revue lorsque nous trouverons de nouvelles données probantes.
2021
false
false
false
false
Cochrane
France
COVID-19
hormones corticosurrénaliennes
administration par voie orale
administration par voie intraveineuse
anti-inflammatoires
revue de la littérature
résumé ou synthèse en français

---
N1-VALIDE
Accès à la vaccination dans le cas de symptômes prolonges de la covid-19
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgs-urgent_88_vaccinaiton_et_covid_long.pdf
Dans l’état actuel des connaissances scientifiques, il n’y a pas de contre-indication à la vaccination des patients présentant des symptômes prolongés de la Covid-191. Au contraire, dans le cas de symptômes prolongés de la Covid-19 liés à une infection non contrôlée, la vaccination pourrait même contribuer à la guérison.
2021
false
false
false
Ministère des solidarités et de la Santé
France
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
Syndrome post phase aiguë de la COVID-19
information scientifique et technique

---
N1-VALIDE
Avis du relatif à l’intégration des autotests de détection antigénique réalisés sous la supervision d’un professionnel de santé parmi les preuves justifiant l’absence de contamination dans le cadre du passe sanitaire et à l’extension de la durée de validité des résultats négatifs d’un examen de dépistage virologique
https://www.has-sante.fr/jcms/p_3280175/fr/avis-n-2021-0060/ac/seap-du-6-aout-2021-du-college-de-la-haute-autorite-de-sante-relatif-i-a-l-integration-des-autotests-de-detection-antigenique-realises-sous-la-supervision-d-un-professionnel-de-sante-parmi-les-preuves-justifiant-l-absence-de-contamination-par-le-virus-sars-cov-2-dans-le-cadre-du-passe-sanitaire-et-ii-a-l-extension-de-la-duree-de-validite-des-resultats-negatifs-d-un-examen-de-depistage-virologique
À la suite d’une saisine du Directeur général de la santé le 04 août 2021, la HAS rend un avis favorable à l’intégration des autotests de détection antigénique, sur prélèvement nasal, sous la supervision d’un professionnel de santé, parmi les preuves justifiant l’absence de contamination par le virus SARS-CoV-2 dans le cadre du passe sanitaire.
2021
false
false
false
HAS - Haute Autorité de Santé
France
COVID-19
test COVID-19
recommandation de santé publique
Dépistage et analyse proposés directement au consommateur
personnel de santé

---
N1-VALIDE
Rebâtir en mieux : des budgets bien-être pour une relance post-COVID-19?
https://www.inspq.qc.ca/publications/2793
Les conséquences sanitaires et économiques de la pandémie de COVID-19 ont amené les gouvernements de tous les paliers à réfléchir à des avenues prometteuses pour la relance en contexte post-pandémique. En ces temps d’incertitudes sanitaires, sociales et économiques, de nombreux acteurs, dont plusieurs au Canada, ont réclamé une relance qui place les gens et leur bien-être au cœur des efforts (Büchs et al., 2020; Cohen, 2020; Smith, 2020). Selon des enquêtes réalisées au Canada et à l’étranger, le bien-être est, plus que jamais, une des principales préoccupations des citoyens (Harvey, 2020; Ministère des Finances Canada, 2021). En effet, cette préoccupation pour le bien-être prend de l’importance depuis des décennies à l’échelle internationale. Plusieurs gouvernements centraux, dont ceux de la Nouvelle-Zélande, de la Finlande, de l’Écosse et du pays de Galles, entre autres, en ont fait une priorité au cours des dernières années. Au Canada, certaines juridictions se sont engagées dans des discussions ou ont fait savoir qu’elles avaient l’intention de se rendre imputables du bien-être de la population. Par exemple, dans sa lettre de mandat à la ministre de la Prospérité de la classe moyenne et ministre associée des Finances, le premier ministre Justin Trudeau a mentionné parmi ses grandes priorités la directive de : « Diriger les travaux au sein du ministère des Finances, avec l’appui du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie en tant que ministre responsable de Statistique Canada, afin de mieux intégrer les mesures de la qualité de vie dans le processus décisionnel et budgétaire du gouvernement, en s’inspirant des leçons tirées d’autres administrations comme celles de la Nouvelle-Zélande et de l’Écosse » (Cabinet du Premier ministre du Canada, 2019).
2021
false
false
false
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
COVID-19
bien-être
information scientifique et technique
budgets

---
N3-AUTOINDEXEE
Modifications électrocardiographiques et COVID-19 aux urgences: une étude rétrospective multicentrique
https://archive.bu.univ-nantes.fr/pollux/show/show?id=7105f91a-6f84-4766-9387-f0badc6f8fed
Introduction : L'infection à SARS-CoV2, par différents mécanismes, peut être responsable d'atteintes cardiovasculaires. La mise en évidence d'anomalies à l'ECG pourrait être utile à l'identification des patients à risque de développer une forme sévère de la COVID-19. Matériel et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective, observationnelle, multicentrique. Nous avons recueilli les données sur tous patients majeurs diagnostiqués COVID-19 par PCR ou scanner thoracique, et ayant eu un ECG aux urgences entre le 1er mars et le 30 avril 2020. L'ensemble des ECG ont été analysés afin d'évaluer l'association entre leurs anomalies et la sévérité de la maladie ainsi que la mortalité intra hospitalière. Résultats : 275 patients ont été inclus. Les troubles de repolarisation étaient présents chez 26,2% des patients. 21 patients présentaient une forme sévère d'emblée et 37 sont décédés au cours de l'hospitalisation. En analyse multivariée nous constatons que la présence d'ondes T négatives à l'ECG est associée à une forme sévère de la maladie (p 0.01), alors que la présence d’un axe anormal (p 0.03), ainsi qu’un bloc de branche gauche (p 0.05) sont significativement associés à la mortalité intra-hospitalière. Discussion : Les données scientifiques actuelles de la COVID-19 montrent une étroite relation entre la gra