Libellé préféré : écran;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Le temps d’écran et les enfants d’âge préscolaire : la promotion de la santé et du développement dans un monde numérique
https://cps.ca/fr/documents/position/le-temps-decran-et-les-enfants-dage-prescolaire
La COVID-19 a transformé l’environnement médiatique familial et suscité des recherches sur les effets de l’exposition aux médias sur écran et de leur utilisation chez les jeunes enfants. La présente mise à jour d’un document de principes de la SCP publié en 2017 passe de nouveau en revue les bienfaits et les risques potentiels des médias sur écran chez les enfants de moins de cinq ans et s’attarde sur leur santé développementale, psychosociale et physique. Quatre principes reposant sur des données probantes — limiter le temps d’écran, en atténuer les effets négatifs, les utiliser en pleine conscience et donner l’exemple d’habitudes saines — continuent d’orienter l’expérience précoce des enfants dans un paysage médiatique en rapide évolution. Les connaissances sur l’apprentissage et le développement des jeunes enfants éclairent les pratiques exemplaires recommandées aux professionnels de la santé et aux professionnels de la petite enfance (p. ex., éducatrices à la petite enfance, fournisseurs de services de garde). Les conseils préventifs devraient désormais inclure l’utilisation des écrans par les enfants et les familles en contexte de pandémie (et par la suite).
2022
SCP - Société Canadienne de Pédiatrie
France
recommandation pour la pratique clinique
écran
promotion de la santé
santé mondiale
Enfant
enfant d'âge préscolaire
Enfant
Santé de l'enfant
Enfant
Science de l'informatique médicale
âge
enfant
Enfant
Santé dans le monde

---
N2-AUTOINDEXEE
Usages, impacts sur la santé et encadrement parental de l’utilisation des écrans chez les 6-17 ans : sondage prépandémie auprès des parents québécois
https://www.inspq.qc.ca/publications/2831
L’exposition aux écrans et leurs usages sont en hausse dans la vie des Québécois. Leurs effets sur la santé et le développement des jeunes préoccupent les parents, mais aussi la communauté médicale et scientifique ainsi que les décideurs. Ce rapport de recherche présente les résultats d’une étude menée auprès de parents québécois ayant des enfants de six à dix-sept ans. Ce portrait prépandémie porte sur les usages et la disponibilité des écrans chez leurs enfants, les impacts perçus de ces usages sur leur santé et leur développement ainsi que l’encadrement parental en matière d’utilisation des écrans.
2022
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
rapport
culture (sociologie)
parent
écran
parents
cathétérisme
collecte de données
sondage
santé

---
N2-AUTOINDEXEE
Exposition aux écrans... une cause de l'autisme, vraiment ?
Canal Détox
https://presse.inserm.fr/regarder-des-ecrans-rend-les-enfants-autistes-vraiment/44626/
Environ 700 000 personnes en France sont concernées par les troubles du spectre de l’autisme (TSA). Le consensus est que les causes des TSA sont multifactorielles. Canal Détox fait le point sur ce que l’on sait à l’heure actuelle et sur les enjeux de la recherche dans les années à venir.
2022
INSERM - Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale
France
information scientifique et technique
causalité
écran
Exposition
Relation de cause à effet
Autisme
pensée autiste
trouble autistique
effets de l'exposition à un agent externe

---
N3-AUTOINDEXEE
Comment les professionnels d'une maison de santé pluridisciplinaire considèrent leur rôle dans la prévention de l'exposition aux écrans chez les moins de 3 ans: étude qualitative par entretiens semi-dirigés
https://pepite-depot.univ-lille.fr/LIBRE/Th_Medecine/2022/2022ULILM219.pdf
Contexte : Il existe une permanence de l'écran dans notre société actuelle, parfois choisie mais quelques fois imposée. Alors que les dernières recommandations prônent le zéro écran avant 3 ans, la télévision fait partie intégrante du quotidien des enfants, pour la majorité dès l'âge de 15 mois. En France, l'organisation du soin tend de plus en plus vers des structures coordonnées favorisant le déploiement d'actions de prévention. L'objectif de cette étude est de découvrir comment les professionnels de santé de la MSP Corneille de Wattrelos considèrent leur rôle dans la prévention de l'exposition aux écrans chez les enfants de moins de 3 ans. Objectif secondaire : Établir des pistes d'actions de prévention applicables à la MSP, s'inscrivant dans le projet régional de santé des Hauts-de-France 2018-2028 : «Promouvoir un environnement favorable à la santé et agir sur les comportements dès le plus jeune âge» Matériel et méthode : Étude qualitative avec analyse inspirée par la théorisation ancrée. Échantillonnage de convenance au sein de l'équipe pluridisciplinaire de la MSP Corneille de Wattrelos. Recueil des données par entretiens semi-dirigés de groupes et individuels, entre octobre 2021 et juin 2022. Résultats : Treize membres ont pris part à l'étude, permettant la représentation de chacune des professions de santé. Les participants sont bien conscients de l'exposition importante aux écrans des plus jeunes et se préoccupent des effets sur leur développement. Ils conçoivent leur rôle comme celui de guide à la parentalité, et se considèrent comme des personnes ressources pour les parents. Malgré tout, concernant les écrans, ils se sentent parfois illégitimes et craignent d'être dans le jugement. Plusieurs pistes d'actions ressortent des échanges, insistant sur la bienveillance, l'accompagnement et la valorisation du parent. En matière de médecine préventive, certains concèdent un sentiment d'impuissance, provoqué par un manque de soutien des pouvoirs publiques, un défaut de consensus au sein des recommandations et une abondance de missions imposant une priorisation. Discussion : Si la majorité aborde le sujet avec les parents sur points d'appels, ils s'accordent cependant à dire qu'une prévention systématique serait bénéfique et de leur ressort. Les pistes d'améliorations sont nombreuses : utilisation d'outils standardisés, étayage de la formation professionnelle, création d'accueil parents-enfants d'aide à la parentalité. Il serait intéressant de réaliser un second travail encadrant la mise en place d'une ou plusieurs de ces mesures au sein de la MSP Corneille, en évaluant ensuite leurs impacts sur les comportements parentaux.
2022
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
écran
effets de l'exposition à un agent externe
rôle professionnel
personnel de santé
expositions sur la santé
centres de santé communautaires
médecine préventive
Entretien
entretiens comme sujet
recherche qualitative

---
N2-AUTOINDEXEE
Stratégie québécoise sur l'utilisation des écrans et la santé des jeunes 2022-2025
https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-003382/
Ce document est le résultat d’une démarche de consultation d’envergure auprès de chercheurs et d’organismes québécois. Il positionne les jeunes au cœur de la problématique en s’intéressant à l’impact de l’utilisation des écrans sur leur santé et leur développement, plus précisément entre l’âge de 2 à 25 ans. Les orientations et mesures proposées ont principalement pour but de favoriser la santé globale des jeunes, notamment en leur fournissant des environnements qui facilitent l’adoption de saines habitudes de vie, de même qu’un soutien dans l’ensemble de leur parcours de vie pour les aider à faire des choix favorables à leur santé.
2022
MSSS - Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Canada
recommandation de santé publique
santé
adolescent
écran

---
N2-AUTOINDEXEE
Parentalité et écrans - Fiche synthèse à l'intention des intervenantes des Services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance (SIPPE)
https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-003406/
Cette fiche synthèse vise à informer les intervenantes SIPPE sur l’utilisation des écrans au sein de la famille. Elle porte sur trois aspects particuliers soient : l’utilisation des écrans par les enfants, l’utilisation des écrans par les parents en présence de leurs enfants et l’utilisation de l’image des enfants dans les médias sociaux. Elle permet de mieux comprendre les conséquences et principaux risques et propose des stratégies d’intervention pour chacun des aspects traités.
2022
MSSS - Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Canada
guide
condition parentale
écran
périnatologie
intention
ostéosynthèse
enfance
pratiques éducatives parentales

---
N3-AUTOINDEXEE
Etude prospective sur l'impact d'une intervention brève sous forme d’une sensibilisation auprès des médecins généralistes de la Nièvre dans la prévention de la surexposition aux écrans des enfants de 0 à 3 ans
https://nuxeo.u-bourgogne.fr/nuxeo/site/esupversions/94b51a1f-6aeb-468b-897f-32de39f01ee2
Introduction : Les enfants de moins de 3 ans sont souvent surexposés aux écrans bien que ces derniers puissent être à l’origine d’un retard du langage, d’un déficit d’attention et de concentration, de troubles du comportement, d’une attitude passive de l’enfant, d’une prise de poids, de troubles du sommeil, et d’une dépendance aux écrans. Objectif : Evaluer l’impact d’une intervention brève sous forme d’une sensibilisation auprès des médecins généralistes, associée à la mise à disposition d’une affiche et d’une fiche d’information, sur leur pratique de prévention de la surexposition aux écrans chez les enfants de 0 à 3 ans. Méthode : Etude d’intervention de type avant-après sur 3 mois, évaluée par deux questionnaires auprès des médecins généralistes libéraux de la Nièvre, avec mise à disposition d’un argumentaire, d’une affiche et d’une fiche d’information à destination des parents. Résultats : Avant l’intervention, les médecins ont signalé : ne jamais pratiquer la prévention en période anténatale pour les deux tiers; lors du suivi périodique des enfants : peu fréquemment par un tiers, et jamais par un tiers ; lors de l’utilisation d’un écran pour distraire l’enfant : fréquemment par un tiers, et systématiquement par un tiers. Après l’intervention, les pratiques de prévention ont été améliorées pour la moitié des participants. La prévention était significativement plus pratiquée lors du suivi périodique des jeunes enfants et en période anténatale. Les médecins ont trouvé utile les outils proposés. Conclusion : Une intervention brève sous forme d’une sensibilisation avec mise à disposition d’outils a un impact positif sur l’amélioration de la pratique de prévention des médecins généralistes sur la surexposition aux écrans chez les enfants de 0 à 3 ans.
2022
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
enfant
Prospectives
Enfant
médecine préventive
hypersensibilité
Enfant
intervention médicale précoce
dû à
Enfant
médecins généralistes
enfant
Médecins
écran
Enfant
études prospectives
brève

---
N2-AUTOINDEXEE
L’utilisation des écrans et la santé des jeunes : pistes d’action pour une approche préventive
https://www.inspq.qc.ca/publications/2790
Dans ce mémoire, l’INSPQ souhaite mettre en lumière l’importance de créer des environnements favorables à la santé et au bien-être de tous les jeunes dans leurs milieux de vie, qui tiennent compte de l’équité et des risques sur la santé associés à l’usage des écrans. Bien que les écrans et l’accès à Internet, particulièrement durant la pandémie, facilitent le maintien des études et du travail, des liens familiaux et sociaux, l’accès à de l’information, ou encore à des services et divertissements numériques variés, leurs usages ne sont pas sans risques pour la santé et le bien-être. Les risques liés à la cyberintimidation ou aux dépendances en ligne, par exemple, ont frappé plus particulièrement l’opinion publique ces dernières années parce qu’ils appellent à une intervention rapide.
2021
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
rapport
écran
adolescent
santé

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation des connaissances des parents concernant l’impact des écrans sur les enfants et les comportements à adopter pour limiter cet impact en Isère et en Savoie
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03231262
L'utilisation des écrans par les enfants est souvent inadaptée avec des effets néfastes à court terme et à long terme. Pour autant, malgré de nombreux moyens de diffusion, les recommandations sur le sujet ne semblent pas être mises en place à domicile. Les informations données aux parents sont-elles entendues, retenues et comprises? L'objectif de notre étude était de décrire l'état de connaissance des parents concernant l'impact des écrans sur les enfants et les comportements à adopter pour limiter cet impact. Une étude observationnelle, multicentrique, transversale et quantitative, basée sur un questionnaire, a été menée du 21/10/2020 au 29/01/2021 en Isère et en Savoie. Ce questionnaire comprenait 20 questions fermées et indépendantes dont 12 théoriques sur les effets néfastes des écrans et sur ce qu’il était recommandé de faire. 500 questionnaires destinés aux parents d'enfants de moins de 12 ans ont été distribués auprès de 26 médecins de PMI, généralistes ou pédiatres. 308 parents ont répondu. Le taux de bonnes réponses était globalement très bon : Pour 5 questions sur 12, ce taux était supérieur à 85%. Pour 6 sur 12, il était compris entre 62 et 79%, et pour la dernière, il était de 36,5%. Les questions sur ce qui est recommandé de faire pour limiter l'impact des écrans, avaient globalement un taux de bonnes réponses plus élevé que les questions sur les impacts eux-mêmes. Le niveau de diplôme des parents influençait significativement le taux de bonnes réponses à chaque question en faveur des hauts niveaux de diplômes avec p inférieur ou égal à 0,01. Les parents semblent avoir une bonne connaissance des impacts des écrans sur les enfants et surtout des comportements à adopter pour limiter cet impact. Afin de perfectionner cette prévention, il faudrait insister sur les impacts négatifs et renforcer la prévention auprès des parents ayant un bas niveau de diplôme. La consommation inadaptée des écrans par les enfants ne semble pas être due à un manque de connaissance des parents sur ce qui est indiqué de faire. Il serait intéressant de réaliser une étude des comportements pour comprendre pourquoi les parents n’arrivent pas à appliquer ces recommandations à domicile.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
connaissance
Enfant
comportement
Enfant
Enfant adopté
écran
parent adoptif
parents
Enfant
Enfant
connaissance
Savoir
comportement de l'enfant
études d'évaluation comme sujet
Inutilité médicale
enfant adoptif

---
N2-AUTOINDEXEE
Effets de l’exposition des enfants et des jeunes aux écrans (seconde partie) : de l’usage excessif à la dépendance
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=1074
Suite à un premier avis en décembre 2019 sur les risques de l’exposition aux écrans, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) étudie leur usage problématique. L’usage dysfonctionnel de l’Internet avant la pandémie, concernait environ 13% des jeunes de 12 à 14 ans. Les mesures liées au Covid-19 ont augmenté la surconsommation et la dépendance aux écrans. De nombreux tests de mesure du risque de dépendance aux écrans ont été développés dans le monde, ils doivent être fiables et valides pour identifier les jeunes joueurs dépendants, ou à risque de basculer vers un usage problématique. Les producteurs de technologies numériques utilisent ces effets addictogènes et le pouvoir attractif, ce risque « captatif » des écrans n’épargne aucun âge, mais peut entrainer à l’adolescence un décrochage scolaire. Dans ses recommandations, le HCSP préconise de former aux objets numériques les jeunes et leur famille, et de ne pas systématiquement médicaliser les usages intensifs quand les utilisateurs ont la capacité de garder le contrôle sur leur usage ; il est recommandé de renforcer en milieu scolaire les compétences psycho-sociales et l’apprentissage de la verbalisation des émotions suscitées par les images. Le HCSP insiste aussi sur la responsabilité sociétale des industriels et propose d’inscrire dans le débat éthique l’exposition des enfants mineurs à des incitations à la violence, au harcèlement, au sexisme et à des influences en lien à l’accès à internet et aux réseaux sociaux.
2021
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation de santé publique
dépendance
Enfant
enfant
Enfant
effets de l'exposition à un agent externe
Exposition
Enfant
adolescent
Comportement toxicomaniaque
écran
Enfant
enfant

---
N3-AUTOINDEXEE
Pandémie, temps d'écran et jeux de hasard et d'argent en ligne - Résultats du 7 septembre 2021
COVID-19 - Sondages sur les attitudes et comportements des adultes québécois
https://www.inspq.qc.ca/covid-19/sondages-attitudes-comportements-quebecois/temps-ecran-septembre-2021
La pandémie de la COVID-19 et les mesures sanitaires qui en découlent ont occasionné de nombreux bouleversements partout sur la planète. Des milliers de personnes ont été infectées par le virus. D’autre part, les mesures de confinement et de prévention ont eu des conséquences sur les conditions de vie et des impacts psychosociaux sur de nombreuses personnes. En juillet 2020, Statistique Canada rapportait que la majorité des Canadiens de 15 ans et plus avaient augmenté leur temps passé à regarder la télévision (60 % des hommes et 66 % des femmes), à naviguer sur Internet (63 % des hommes et 69 % des femmes), alors que moins d'un quart a déclaré une participation accrue aux jeux vidéo. L'utilisation d'écrans numériques, y compris la télévision, les ordinateurs, les téléphones portables et les appareils intelligents, peut être associée à un large éventail de répercussions pour la santé, telle que l'obésité, l'hypertension, le diabète de type 2, la myopie, la dépression, les troubles du sommeil et de nombreuses autres maladies non transmissibles.
2021
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
information scientifique et technique
cathétérisme
benzo[a]anthracènes
pneumopathie virale
infections à coronavirus
COVID-19
comportement
attitude
collecte de données
7-méthylbenzo[a]anthracène
posture
adulte
jeux d'argent
adulte
7-methylbenzo[a]anthracene
pandémies
sondage
Adulte
argent
Cathétérisme
ayant comme résultat
jeu de hasard
Adulte
COVID-19
écran

---
N3-AUTOINDEXEE
Élaboration d’un outil de prévention de la surexposition aux écrans chez les enfants de 0 à 18 ans
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03329260
La place des écrans dans notre quotidien a considérablement augmenté au cours des dernières décennies. La surexposition aux écrans chez les enfants est un enjeu majeur de santé publique en raison des effets néfastes sur leur sommeil, leur développement et leurs relations sociales. Les parents sont demandeurs d’informations et de conseils, et les médecins généralistes souhaitent disposer d’un outil facilitant la prévention lors des consultations. L’objectif principal de ce travail était d'élaborer un outil d’information, à la forme et au contenu optimaux, adapté à chaque tranche d’âge, en adéquation avec les recommandations scientifiques et rédactionnelles. Le choix de créer des fiches d’information synthétiques a été retenu. Ces fiches seront à disposition des professionnels de santé dont les médecins généralistes, et à destination des parents afin de faciliter la prévention de la surexposition aux écrans chez les enfants de 0 à 18 ans. Méthode : une revue de la littérature des méthodes d’élaboration de documents d’information à destination des patients a été effectuée. Trois guides ont été retenus, analysés, et une synthèse de leurs contenus a permis d’établir une méthodologie précise, synthétique et originale pour la création de supports pédagogiques à destination des patients. Conjointement, une revue de la littérature a permis la synthèse des recommandations scientifiques sur la prévention de la surexposition aux écrans chez les enfants. Une évaluation des fiches par les usagers (professionnels de santé et parents) a été réalisée en cours d’élaboration puis sur la version finale des fiches. Un travail de traduction en plusieurs langues a été effectué afin de rendre les fiches accessibles aux populations non francophones. Un site Internet spécifique a été construit afin de mettre à disposition les fiches. Résultats : les documents de prévention existants ont été recueillis, 12 ont été sélectionnés, analysés et évalués. Bien que comportant des informations correctes, ils sont hétérogènes, non exhaustifs et donc perfectibles. 4 fiches d’information sur le bon usage des écrans selon l’âge de l’enfant ont été créées en respectant l’ensemble des critères de qualité établis, avec la participation de 450 professionnels de santé et plus de 650 parents. Le travail d’infographie a été réalisé par une professionnelle afin de rendre les fiches plus lisibles et attrayantes. Le site Internet www.declic-ecrans.com a été créé spécifiquement pour que ces fiches soient facilement accessibles et imprimables. Une traduction des fiches en anglais, en arabe, en espagnol et en catalan a été réalisée pour faciliter la sensibilisation des familles non francophones. L’évaluation finale du contenu, du design et de l’utilité pratique des fiches par les usagers rapporte un avis « Favorable » chez 83,2% des répondants. Il existe cependant certaines disparités inter-usagers et inter-fiches (pour les parents par exemple, l’utilité pratique des fiches est plus évidente pour les enfants entre 0 et 10 ans que pour la tranche d’âge 11-18 ans). Conclusion : les 4 fiches synthétiques, accessibles, et issues d’un travail rigoureux pourront faciliter la sensibilisation à la prévention de la surexposition aux écrans par les professionnels de santé dont les médecins généralistes auprès des parents et leurs enfants en consultation. Leur mise à jour régulière permettra leur actualisation au gré des nouvelles recommandations. Elles participent à la sensibilisation précoce des parents dès la période prénatale et les premières années de leurs enfants, afin d’éviter l’installation de mauvaises habitudes dans l’usage des écrans.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
enfant
Enfant
Enfant
dû à
outil
Enfant
écran
enfant
Enfant

---
N3-AUTOINDEXEE
Impacts d’une exposition aux écrans sur les précurseurs de la communication chez l’enfant de 0 à 2 ans et sur les comportements parentaux
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03349371
Les écrans sont omniprésents dans la vie des familles. Un nombre important d’études a déjà été publié sur les effets d’une exposition aux écrans sur le développement des enfants. Pourtant, les orthophonistes, interrogés via un questionnaire, constatent les effets des écrans sur les tout-petits. Nous avons rassemblé des recherches concernant cet impact sur les précurseurs de la communication, et les constats d’orthophonistes. Les conséquences sont nombreuses et, dans leur ensemble, négatives. Ils concernent principalement l’attention et la concentration, le développement correct du langage et de la communication, et le comportement. D’autres, moins connus, sont relevés par les orthophonistes et beaucoup corroborent des études scientifiques. Parmi eux, se trouvent des atteintes du sommeil, du raisonnement ou l’apparition, chez certains, de « traits autistiques ». Les comportements parentaux face aux écrans et l’importance des interactions parents-enfant sont moins mis en avant dans la prévention actuelle alors qu’ils impactent grandement le développement du tout-petit. Après avoir rassemblé des études à ce sujet, nous avons créé une plaquette de prévention à destination des orthophonistes et des parents, afin d’enrayer ces conduites nocives pour le nourrisson.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Enfant
enfant
enfant
Communication
Enfant
comportement
Enfant
exposition à
Exposition
Communication
écran
communication
Enfant
pratiques éducatives parentales

---
N3-AUTOINDEXEE
Préoccupations parentales concernant l'exposition aux écrans des enfants de moins de six ans
http://thesesante.ups-tlse.fr/3184/
Contexte : les écrans sont omniprésents dans le quotidien des enfants d'âge préscolaire alors qu'il existe une association défavorable entre leur exposition aux écrans et leur santé. Objectif : comprendre le vécu des parents quant à l'usage des écrans par leurs enfants de moins de six ans. Matériel et méthodes : une étude qualitative par entretiens collectifs et individuels semi-dirigés, en Occitanie, entre novembre 2019 et juin 2020. Résultats : dix-sept parents ont participé à deux entretiens collectifs et deux entretiens individuels. Ils étaient préoccupés par la place des écrans et affirmaient leur volonté de contrôler l'exposition de leurs enfants. Ils exprimaient un sentiment de solitude modulé par l'environnement de leurs enfants. Les parents étaient demandeurs de groupes d'échange et d'actions de prévention. Discussion : la compréhension du vécu des parents pourrait aider les professionnels de l'enfance à prévenir l'exposition des enfants aux écrans.
2021
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
enfant
Exposition
effets de l'exposition à un agent externe
Enfant
écran
Enfant
enfant
Enfant
Enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
L'utilisation des écrans et la santé des jeunes : Réflexions issues du forum d'experts
https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-003221/
Le document Réflexions issues du forum d’experts a été rédigé à la suite du forum d’experts sur l’utilisation des écrans et la santé des jeunes, qui s’est tenu à Québec le 10 février 2020. Il permet de synthétiser les mémoires et les présentations des chercheurs québécois qui se sont penchés sur le sujet des écrans en lien avec la santé des jeunes de 2 à 25 ans. Il intègre également les questions et les commentaires formulés par ces derniers au cours de l’événement. Des recommandations et des pistes de solutions y sont également proposées et ont par ailleurs alimenté la démarche d’élaboration de la Stratégie québécoise sur l’utilisation des écrans et la santé des jeunes.
2021
MSSS - Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Canada
rapport
consultants
réflexe
santé
Réflexes
réflexe
écran
adolescent
pensée (activité mentale)
Réflexes

---
N3-AUTOINDEXEE
Déterminants d’une prévention adéquate des écrans chez les enfants de moins de six ans par le médecin généraliste
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03589120
Introduction : les écrans sont devenus omniprésents dans le quotidien, et nombreuses sont les études démontrant les effets néfastes chez le jeune enfant, constituant un réel problème de santé publique. Le médecin généraliste a un rôle central et majeur dans la prévention à réaliser sur ce sujet. Bien que des recommandations nationales et internationales voient le jour afin d’en réguler l’utilisation, aucun consensus n’a cependant été adopté. De multiples travaux se sont déjà intéressés au manque de formation des médecins généralistes et aux freins à une meilleure prévention, mais les déterminants d’une prévention adéquate n’ont jamais été explorés. De même, l’influence du comportement familial et personnel du médecin généraliste sur la prévention qu’il réalise au cabinet n’a jamais été étudiée. Méthode : il s’agit d’une étude observationnelle, quantitative, descriptive et transversale, visant à réaliser une enquête déclarative de pratique. Elle a été réalisée en interrogeant les médecins généralistes installés de Gironde, via un auto-questionnaire en ligne anonyme. Résultats : 51 réponses ont été obtenues, sur 155 questionnaires envoyés, ce qui représente un taux de réponse de 32,9%. Les déterminants d’une prévention adéquate sont un âge jeune (30- 40ans) du médecin pour une prévention chez les enfants de moins de six ans (p 0,0001 / p 0,0005), un nombre d’actes compris entre 15 et 25 pour une message de meilleure qualité (p 0,03 / p 0,04), le statut de parent (p 0,01), avec des enfants jeunes (p 0,0015), avoir des enfants qui ne regardent pas la télévision le matin (p 0,025), appliquer à soi-même des règles d’utilisation des écrans (p 0,004), le fait d’être formé sur ce sujet (p 0,02), et d’estimer d’avoir les connaissances nécessaires pour le faire (p 0,0054). Conclusion : bien que les médecins estiment avoir les connaissances nécessaires pour réaliser de la prévention, ils sont insuffisamment formés, et leurs messages de prévention sont erronés. D’autres moteurs de prévention peuvent être cependant aussi exploités comme agir sur leurs habitudes de pratique au cabinet, ou en améliorant leurs propres comportements personnels et familiaux vis-à-vis des écrans. Enfin, la sensibilité des médecins jeunes à ce sujet ouvre la porte à une formation précoce sur ce thème dans le cursus médical.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
enfant
Médecins
pédiatrie
écran
médecine préventive
Enfant
Enfant
Enfant
médecins généralistes
médecine générale
Enfant
Enfant

---
N3-AUTOINDEXEE
Étude des liens entre le temps d’exposition aux écrans associé à un comportement sédentaire et les performances cognitives
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03794775
État des lieux : de nos jours, toutes les générations sont confrontées à au moins un écran. La communauté scientifique s’inquiète des effets néfastes de la surexposition aux écrans sur la santé physique, mentale et cognitive. D’autant plus que l’usage des nouvelles technologies est largement associé à un comportement sédentaire, néfaste pour la santé. À ce jour, il paraît essentiel d’étudier dans quelles mesures, l’accumulation du temps d’exposition aux écrans impacte, sur le long terme, le fonctionnement cognitif. Matériels et méthodes : 15 personnes, âgées entre 59 et 74 ans, ont été soumises à des tests cognitifs qui mesuraient les capacités de mémoire, de récupération lexicale et d’inhibition verbale et à un questionnaire d’estimation du temps passé en position assise et des activités associées. Des analyses de corrélation de Pearson ont permis d’explorer les éventuels liens entre l’accumulation des comportements sédentaires face aux écrans et les fonctions cognitives. Résultats : une relation négative a été identifiée entre le temps passé devant la télévision et les performances de récupération lexicale. Des tendances statistiques montrent que l’inhibition verbale serait positivement associée au temps passé devant la télévision et négativement associée au temps passé devant l’ordinateur. Discussion : les données de l’enquête et celles de la littérature scientifique ne font pas consensus. Pour mieux comprendre les liens entre les écrans et les performances cognitives, il paraît nécessaire d’approfondir la recherche en étudiant le type d’engagement cognitif appliqué lors de l’utilisation de ces outils numériques.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
exposition à
comportement
Sédentaires
cognition
Études ergonomiques
cognition
mode de vie sédentaire
associé à
écran
Exposition

---
N2-AUTOINDEXEE
L’utilisation des écrans en contexte de pandémie de COVID-19 — quelques pistes d’encadrement
https://www.inspq.qc.ca/publications/3015-utilisation-ecrans-pistes-encadrement-covid19
Suite à une demande du ministère de la Santé et des Services sociaux, le présent document vise à réviser les connaissances et les recommandations entourant l’utilisation des écrans chez les enfants et les jeunes et à proposer des orientations en ce qui concerne les principaux messages qui devraient être véhiculés afin de sensibiliser la population aux risques d’une surutilisation des écrans en contexte de pandémie. Une attention particulière est portée aux effets des écrans chez les jeunes, étant donné qu’ils sont de plus en plus exposés dans leurs différents milieux de vie et qu’ils constituent la cible de la plupart des recommandations existantes.
2020
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
recommandation de santé publique
écran
pandémies
COVID-19

---
N3-AUTOINDEXEE
La durée d'exposition aux écrans a-t-elle un impact sur le développement des habilités grapho-motrices des enfants de 5 à 6 ans ? Une étude épidémiologique transversale à visée étiologique dans les classes de grande section de maternelle en région auvergne
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03212056
Contexte. Depuis 10 ans, le temps d’exposition aux écrans des enfants de 0 à 6 ans a augmenté, les usages et perceptions ont évolué, alors que les habiletés grapho-motrices semblent diminuer. Quelques études récentes retrouvent des effets négatifs et parfois positifs des écrans sur les compétences neurocognitives des enfants. Mais aucune étude, à notre connaissance, n’a évalué l’impact de la durée d’exposition aux écrans sur les habiletés grapho-motrices des jeunes enfants. Objectif. Évaluer l’effet de la durée d’exposition aux écrans sur le développement des habiletés grapho-motrices des enfants de 5 à 6 ans en région Auvergne. Méthode. Une étude rétrospective, de 108 dossiers médico-scolaires, tirés au sort, de la commune de Clermont-Ferrand a mesuré l’évolution de la copie de figures géométriques en Grande Section de Maternelle, depuis 20 ans. Une étude transversale à visée étiologique a ensuite été menée dans 3 classes de Grande Section de Clermont-Ferrand et 4 du Cantal choisies sur des critères socio-démographiques différents. Le critère de jugement principal, composite, regroupe 3 activités grapho-motrices étalonnées, réalisées lors d’un bilan individuel à l’école, où la durée hebdomadaire d’exposition aux écrans de l’enfant a été estimée lors d’un entretien parental. Résultats. Il n’existe pas de différence significative des scores moyens de copie de formes géométriques depuis 20 ans, malgré une bonne concordance entre les 3 évaluatrices. 127 enfants, 78 clermontois et 49 cantaliens, ont participé à l’étude transversale. Les enfants passant plus de 10 heures en semaine d’école (plus de 20 heures en semaine de vacances scolaires) sur écran, ont significativement des résultats grapho-moteurs plus faibles. Il n’apparait pas d’association significative entre usage qualitatif des écrans et résultats grapho-moteurs, mais les enfants de parents seuls, de faible niveau d’études et de catégorie socio-professionnelle défavorisée ou intermédiaire obtiennent des résultats diminués. Conclusion. Notre étude montre une association significative entre augmentation de la durée d’exposition aux écrans et diminution des habiletés grapho-motrices chez les enfants de 5-6 ans. Elle nécessite d’autres travaux pour explorer ce lien. Des programmes d’éducation en santé interprofessionnels pour favoriser un développement harmonieux des habiletés grapho-motrices seront essentiels.
2020
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Études épidémiologiques
enfant
Régions
Réadaptation
Enfant
enfant
Auvergne
durée
Abcès cérébral
Enfant
Epidémiologie
Enfant
mère
effets de l'exposition à un agent externe
Epidémiologie
transverse
Enfant
Epidémiologie
écran
dû à
en section
Abcès du canal rachidien
classement
Epidémiologie
Exposition
Epidémiologie
études transversales
études épidémiologiques

---
N3-AUTOINDEXEE
Troubles liés à l’usage des écrans : une revue de la littérature de l’enfant à l’adulte
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03153439
Introduction : les écrans occupent une place considérable dans la vie de chacun. Les troubles liés à l’usage des écrans apparaissent comme une problématique de plus en plus fréquente dans une société qui valorise les écrans dans tous les domaines de la vie. Matériels et méthodes : nous avons interrogé différents moteurs de recherche dont PubMed, PsycARTICLES et JAMA, à l’aide des mots-clés MeSH tels que screen related disorder, addictive behavior, screen time, videogame, substancerelated disorder, teenagers, adults. Résultats : chez le jeune enfant, le risque de l’exposition aux écrans est de le détourner des apprentissages cognitifs et relationnels essentiels, et donc d’altérer son développement et ses compétences sociales. Chez l’adolescent, le problème est tout autant celui du contenu que celui de la quantité. Chez l’adulte, les troubles liés à l’usage des écrans ont des similitudes avec les addictions aux substances psychoactives et met en jeu les circuits neuronaux du système de la récompense. L’approche de soins comporte de la psychothérapie et prend en compte les comorbidités actives. Le médecin généraliste a un rôle important de prévention et d’information sur les risques de l’exposition aux écrans. L’objectif n’est pas uniquement de limiter l’accès aux écrans, sauf chez les jeunes enfants, mais d’en accompagner l’utilisation et d’en prévenir les risques. Les règles de bon usage des écrans reposent sur une gestion saine, une utilisation constructive, un exemple positif et une surveillance du temps d’écran et des comportements s’y rapportant. L’amélioration de la pratique des médecins généralistes passe par une formation médicale continue et des recommandations claires.
2020
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
enfant
Enfant
Adulte
Enfant
enfant
écran
littérature de revue comme sujet
Enfant
Littérature
adulte
Enfant
adulte
Adulte

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation du vécu des parents à la suite d’une information de prévention donnée par les médecins généralistes à l’aide d’un outil de prévention, sur les risques liés à l’exposition aux écrans chez les enfants de moins de trois ans
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02994581
Introduction : l’exposition aux écrans chez les enfants de moins de trois ans est responsable d’effets négatifs pour leur santé. La prévention par les médecins généralistes à ces risques est à ce jour réduite. Nous nous sommes posé la question de savoir s’il était possible de l’améliorer. Notre objectif était d’analyser le vécu des parents à la suite d’une information de prévention donnée par les médecins généralistes à l’aide d’un outil de prévention, sur les risques liés à l’exposition aux écrans chez les enfants de moins de trois ans. Matériel et méthodes : nous avons mené une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés auprès de parents d’enfants âgés de 5 mois à 12 mois. Ils avaient reçu une information de prévention orale et écrite transmise par les médecins généralistes. Ces derniers avaient été sensibilisés sur les risques de l’exposition aux écrans chez les enfants grâce à la rédaction d’un référentiel scientifique. Résultats : 16 parents ont été questionnés. Ils ont montré intérêt et satisfaction dans la démarche de prévention faite par les médecins généralistes. Ils se sont sentis sensibilisés et confortés dans leur propre démarche éducative. Elle a été l’occasion d’une conversation dans le couple voire d’une modification des comportements. La difficulté principale rencontrée a été que le message atteigne l’entourage de l’enfant, notamment l’autre parent. Conclusion : la prévention des risques liés aux écrans par les médecins généralistes semble avoir été vécue comme acceptable et souhaitée par les parents. Celle-ci pourrait être généralisée et étendue aux autres professionnels de la petite enfance.
2020
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
risque
effets de l'exposition à un agent externe
Enfant
études d'évaluation comme sujet
Enfant
Enfant
outil
enfant
écran
parent
Exposition
information aux parents
enfant
médecine préventive
Enfant
médecins généralistes
Médecins

---
N3-AUTOINDEXEE
Prévention des écrans : le cyberharcèlement chez les jeunes
Bibliographie sélective
https://creaiors-occitanie.fr/bibliographie/prevention-des-ecrans-le-cyberharcelement-chez-les-jeunes/
Cette bibliographie, réalisée dans le cadre des matinales de la recherche organisées par le DRAPPS, propose une sélection une sélection de références sur “le cyber-harcèlement chez les jeunes”. Elle commence par poser le cadre légal et rappeler les lois en vigueur avant de fournir des références récentes et proposer ensuite des exemples d’actions et des outils aidant à la prévention.
2020
CREAI-ORS Occitanie
France
bibliographie
Bibliographie
Sélection
écran
bibliographies comme sujet
Cyberintimidation
adolescent
bibliographie

---
N2-AUTOINDEXEE
Effets des écrans sur le sommeil des adolescents
https://www.ors-idf.org/nos-travaux/publications/effets-des-ecrans-sur-le-sommeil-des-adolescents.html
Les adolescents ont un besoin accru de sommeil en particulier en période scolaire car le sommeil participe à l’équilibre psychosocial et la consolidation de la mémoire pendant cette période charnière. Les résultats de la présente étude, publiée à l’occasion du Congrès du Sommeil 2020, montrent cependant que plus d’un adolescent sur deux présente au moins un trouble du sommeil. Les adolescents s’adonnent plus aux activités sur écrans pendant le temps libre après le dîner et une fois au lit et très peu d’entre eux lisent (un sur quatre se connecte en pleine nuit sur les réseaux sociaux). Cette étude, issue de l’analyse des données d’enquête du Réseau Morphée, se focalise sur l’impact des écrans sur le sommeil selon leurs usages chez les collégiens et lycéens d’Île-de-France.
2020
ORS Ile-de-France
France
rapport
Adolescent
Adolescent
adolescence
adolescent
sommeil
écran
sommeil

---
N3-AUTOINDEXEE
Étude quantitative du temps d’exposition aux écrans chez les enfants âgés de 3 à 6 ans dans un quartier du Havre
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02959046
Les écrans sont devenus omniprésents dans les foyers avec une exposition dès le plus jeune âge alors que les dernières études à ce sujet tendent à montrer des effets néfastes d’une exposition précoce. Les pouvoirs publics, sociétés savantes, associations de parents se mobilisent depuis plusieurs années pour alerter le public sur ces dangers avec la mise en place de recommandations pour limiter et accompagner l’usage des écrans. L’objectif de l’étude est de quantifier l’exposition aux écrans des enfants en âge préscolaire. Matériel et méthode : Étude quantitative réalisée dans un quartier prioritaire d’éducation, ciblant les 3 à 6 ans scolarisés. Des questionnaires papier ont été distribués à l’intention des parents. Résultats : 363 questionnaires valides ont été recueillis sur les 880 distribués. 46,3% des enfants regardent plus de 1 heure les écrans les jours d’école et ce chiffre atteint les 75,2% les jours sans école dont 25,3% regardent les écrans avant d’aller dormir. L’utilisation de la télévision prédomine les autres écrans avec 64,5% des enfants la regardant les jours d’école et 86,8% le week-end. 25,3% des enfants possèdent un écran dans leur chambre ; 61,2 % prennent leur repas devant la télévision ; 35,3% regardent les écrans seuls et dans 52,9% des cas il s’agit de programmes inadaptés à leur âge. 37,7% des parents estiment que ce temps est jugé excessif. Discussion : Les temps d’écrans semblent concordants avec les autres études. Conclusion : Les recommandations de « bon usage » des écrans à destination des parents pour les enfants restent encore peu suivies avec un temps d’exposition et un usage de ces écrans inadaptés pour les enfants âgés de 3 à 6 ans.
2020
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
enfant
écran
Enfant
Abcès du canal rachidien
enfant
Exposition
Études ergonomiques
Enfant
effets de l'exposition à un agent externe
caractéristiques de l'habitat
Enfant
Enfant
dû à

---
N3-AUTOINDEXEE
Étude des liens entre l’exposition aux écrans et les troubles du langage oral chez des enfants âgés entre 4 et 6 ans
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02902048
Depuis plusieurs années, les écrans ont pris une place considérable dans notre quotidien et celui des enfants qui y sont exposés précocement. Cette (sur)exposition n’est pas sans conséquences, notamment chez le jeune enfant qui a pourtant des besoins particuliers en termes d’échanges et d’interactions pour se développer harmonieusement. De nombreuses études scientifiques décrivent les impacts de l’exposition aux écrans sur le développement de l’enfant. Cependant, à l’heure actuelle, il existe peu d’études sur la population française. Cette étude vise donc à analyser les liens entre l’exposition aux écrans et les trouble du langage chez des enfants âgés entre 4 et 6 ans. Un questionnaire a été diffusé auprès de parents d’enfants suivis en orthophonie pour un trouble du langage et d’enfants tout-venant. Les données recueillies ne permettent pas d’établir de liens statistiques entre l’exposition aux écrans et les troubles du langage. Néanmoins, les résultats montrent que le temps passé par les parents sur les écrans est positivement corrélé avec le temps passé par l’enfant. Les temps d’écrans étaient similaires dans les deux groupes d’enfants, néanmoins il existe des différences dans l’utilisation des écrans qui nécessitent une lecture plus détaillée des résultats. De plus, l’étude s’intéressait aux habitudes des familles et à leurs avis concernant les écrans. Ces données innovantes ouvrent de nouvelles perspectives en matière de prévention des risques liés aux écrans mais également dans l’accompagnement des familles afin de les amener à porter une réflexion sur leur propre consommation des écrans en tant que parents et tendre vers une utilisation plus raisonnée.
2020
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
troubles du langage
effets de l'exposition à un agent externe
Enfant
écran
Enfant
Exposition
Trouble du langage
Langage
Abcès du canal rachidien
trouble du langage
langage de l'enfant
collecte de données
parole
Enfant
Enfant
enfant
Langage
bouche, sai

---
N3-AUTOINDEXEE
Comment les médecins généralistes abordent-ils les effets néfastes de l'exposition prolongée aux écrans chez les enfants de moins de 6 ans : étude qualitative auprès des médecins généralistes Havrais
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02474543
Les écrans sont omniprésents dans notre société et les tendances actuelles vont dans le sens du « tout numérique ». Cependant, il existe de plus en plus d’arguments pour dire qu’une utilisation abusive, précoce et non raisonnée des écrans pourrait devenir dangereuse. Ainsi, les plus jeunes sont particulièrement vulnérables vis-à-vis de ces risques. Des recommandations officielles existent mais ne sont encore peu connues des médecins généralistes et des parents. MATÉRIEL ET MÉTHODES : Il s’agit d’une étude qualitative menée auprès de médecins généralistes installés en libéral dans la région du Havre. Dans le but de trouver des moyens pour développer la prévention de la surexposition aux écrans, notre thèse s’est penchée sur les connaissances et les pratiques des médecins généralistes ainsi que sur les facteurs influençant cette prévention. RÉSULTATS : 14 médecins généralistes ont été interrogés entre octobre 2018 et juin 2019. Les médecins interrogés estiment que les écrans sont un problème de santé publique et un sujet d’actualité. Ils en parlent encore très peu avec leurs patients. Actuellement, les médecins abordent ce sujet lorsqu’un trouble se développe. Même si tous pensent qu’ils ont un rôle à jouer en tant que médecin généraliste, ils estiment que cette prévention devrait également passer par les pouvoirs publics et les professionnels de l’enfance. Ils se disent limités par un manque de connaissance et de formation sur les éventuels risques d’une surexposition aux écrans. Ils manquent également de références scientifiques validées et n’ont pas connaissance des recommandations officielles et des outils déjà existant. Le manque de temps en consultation est cité comme principal frein à leur prévention. De plus, certains médecins se questionnent également sur l’impact que pourrait avoir leur prévention. Enfin, ils déplorent l’absence de prévention par les pouvoir publics. Parmi les solutions envisagées, il semble nécessaire de développer la formation et les connaissances sur la prévention de la surexposition aux écrans. Il serait également intéressant de développer des outils simples comme une brochure d’aide en consultation. Enfin les médecins généralistes pensent qu’il faut en parler aux parents dès la première année de vie. Pour cela, il faut créer des automatismes en l’intégrant par exemple aux consultations obligatoires de suivi de l’enfant. CONCLUSION : Les médecins généralistes abordent peu le sujet des écrans en consultation et ne l’abordent pour le moment qu’en prévention secondaire. En étant plus sensibilisés, mieux formés et en disposant d’outils adaptés, les médecins généralistes seraient plus à même d’accompagner les parents pour un usage raisonné des écrans et de les alerter sur les risques de surexposition aux écrans de leurs enfants.
2020
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Etudes générales
écran
long
Etudes générales
Etudes générales
Etudes générales
Enfant
médecins généralistes
Etudes générales
Etudes générales
Etudes générales
Abcès du canal rachidien
Médecins
enfant
effets de l'exposition à un agent externe
Exposition
Enfant
enfant
Enfant
recherche qualitative
Enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Effets de l’exposition des enfants et des jeunes aux écrans
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=759
Les écrans font aujourd’hui partie du quotidien. L’analyse de la littérature apporte des éléments contradictoires de l’effet des écrans sur le développement cognitif de l’enfant et sur les troubles de la santé mentale. Les conséquences sur le sommeil sont établies et sont plus importantes si le temps d’utilisation augmente. Ce sont les comportements associés qui sont responsables de l’augmentation du surpoids : prises alimentaires augmentées, temps de sommeil réduit et qualité de sommeil altérée. Les chercheurs font état d’un risque significatif lorsque les enfants et les adolescents ont accès à des contenus sexuels et pornographiques, ou violents. Les écrans peuvent avoir des effets positifs dans des situations précises. Il existe des différences de comportements vis-à-vis des écrans en fonction des catégories sociales.
2020
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
Exposition
effets de l'exposition à un agent externe
enfant
Enfant
Enfant
Enfant
écran
adolescent
Enfant
enfant

---
N3-AUTOINDEXEE
État des lieux des connaissances et des pratiques des médecins généralistes picards face aux problématiques de santé liées aux écrans
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02296425
L'émergence des usages numériques a modifié notre civilisation favorisant l'accès à la culture, au divertissement et à l'information. Leur démocratisation soulève aussi des inquiétudes et des problématiques de santé. Les bénéfices de certains usages sur le développement sont connus mais l'état de l'art évoque des associations avec certaines pathologies. Il nous a semblé intéressant d'évaluer les connaissances et pratiques des praticiens sur le sujet. Il s'agit d'une étude observationnelle descriptive transversale, réalisée via un auto-questionnaire anonyme auprès d'un échantillon de médecins généralistes Picards. Ils évaluaient leurs connaissances avec une note moyenne de 4.57/10 et s'estimaient rarement confrontés à ces problématiques. 7.25% avaient reçu une formation sur le sujet et 75% étaient demandeurs d'un complément de formation. Les connaissances et pratiques étaient assez superposables avec la littérature. Les recommandations en temps-écran standardisées n'étant pas étayées ; le rôle du médecin généraliste est de conseiller les patients et parents et dépister les mésusages notamment chez les plus petits. Il advient de ne pas diaboliser ces médias et de rester vigilants face aux polémiques et arguments marketing. Cette étude a permis de montrer que malgré des bonnes connaissances et pratiques, les praticiens étaient demandeurs de plus d'information et de formation sur le sujet. Des recommandations sur le sujet ainsi que des campagnes telles que le plan média familial crée aux USA pourraient répondre à cette demande.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
écran
connaissance
Face
médecine d'État
santé
Savoir
médecins généralistes
Pratique
Médecins
Picardie
connaissance
face

---
N3-AUTOINDEXEE
Prévention par les médecins généralistes de la surexposition des jeunes enfants aux écrans : modification des pratiques après sensibilisation
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02181038
INTRODUCTION : Les écrans sont de plus en plus présents dans la société actuelle et dans l’environnement des enfants dès le plus jeune âge. Les études tendent à montrer un effet délétère des écrans sur différents champs de leur santé et de leur développement, particulièrement si l’exposition est précoce et importante. Les médecins généralistes font pour l’instant assez peu de prévention sur le sujet. L’objectif de cette étude est de comprendre comment ils peuvent modifier leurs pratiques après sensibilisation au problème. br MATÉRIEL ET MÉTHODES : Il s’agit d’une étude qualitative, par entretiens semi-dirigés, mené auprès de médecins généralistes installés en libéral dans le Var et les Alpes-Maritimes. Par un premier entretien nous les interrogions sur leur vision du problème de la surexposition des jeunes enfants aux écrans et de la prévention sur le sujet ainsi que sur leurs pratiques quotidiennes. Des affiches, brochures et documentations sur le sujet leur été remises. Six mois plus tard, nous étudions comment ils avaient pu ou non modifier leurs pratiques. br RÉSULTATS : 14 médecins généralistes ont été interrogés de mars à octobre 2018. La plupart était bien conscients de la surexposition aux écrans de beaucoup de jeunes enfants et des enjeux en terme de santé, ils abordaient peu le sujet avec les familles, manquant de temps, d’outils et d’informations fiables. Six mois après notre sensibilisation, la plupart faisait davantage de prévention, dans des consultations hors pathologies aiguës et en insistant sur des messages clés issus des recommandations. Pour tous, cette prévention ne serait efficace que dans le cadre d’une prise de conscience sociétale. br CONCLUSION : En étant plus sensibilisés, mieux formés et avec des outils adaptés, les médecins généralistes seraient plus à même d’accompagner les parents pour un usage adapté et maitrisé des écrans, et de les alerter convenablement sur les risques d’une surconsommation pour leurs jeunes enfants.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Enfant
pédiatrie
adolescent
Enfant
Enfant
Enfant
médecins généralistes
Médecins
Pratique
Enfant
hypersensibilité
enfant
écran
médecine préventive
enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Les médias numériques : la promotion d’une saine utilisation des écrans chez les enfants d’âge scolaire et les adolescents
https://www.cps.ca/fr/documents/position/les-medias-numeriques
Les médias numériques font partie du quotidien des enfants et des adolescents. Ils comportent des bienfaits potentiels et des risques pour leur apprentissage, leur santé mentale et physique et leur vie sociale. Le présent document de principes aborde les effets cognitifs, psychosociaux et physiques de ces médias sur les enfants d’âge scolaire et les adolescents, notamment sur les habitudes, le contexte et les activités de la famille. Les conseils fondés sur des données probantes destinés aux cliniciens et aux familles reposent sur quatre principes : une gestion saine, une utilisation constructive, un exemple positif et une surveillance équilibrée et éclairée du temps d’écran et des comportements s’y rapportant.
2019
SCP - Société Canadienne de Pédiatrie
Canada
recommandation professionnelle
Enfant
âge
Adolescent
Enfant
enfant
Adolescent
enfant
Enfant
écran
régions promotrices (génétique)
mass-médias
adolescence
adolescent
Enfant

---
N3-AUTOINDEXEE
L’abord de l’exposition aux écrans chez les enfants de moins de 12 ans en consultation de médecine générale dans le Languedoc-Roussillon
http://www.sudoc.fr/240731298
Introduction : Les écrans se multiplient dans les foyers et l’exposition aux écrans des enfants est en augmentation. Plusieurs études établissent des liens probables entre le mésusage ou l’exposition en excès des écrans et des troubles chez l’enfant. Des recommandations et des préventions existent en France et à l’étranger. Le médecin généraliste est un acteur majeur de la prévention. Il a un rôle essentiel d’information des parents sur les conséquences potentiellement négatives d’une mauvaise utilisation des écrans et doit aborder ce thème en consultation. L’objectif de cette étude est de déterminer les facteurs influençant l’abord de l’exposition aux écrans chez les enfants de moins de 12 ans en consultation de médecine générale. Méthodes : Etude épidémiologique, quantitative, descriptive et transversale interrogeant des médecins généralistes du Languedoc-Roussillon via un questionnaire en ligne. Analyse descriptive et comparative des données avec comme critère de jugement principal la fréquence de l’abord de l’exposition aux écrans. Résultats : 133 médecins inclus. L’exposition aux écrans est abordée dans 30.5% des consultations en moyenne. Les femmes abordent plus fréquemment l’exposition aux écrans que les hommes (p 0.036) ainsi que les médecins ayant 20% d’enfants ou plus dans leur patientèle (p 0.014). Conclusion : L’abord de l’exposition aux écrans en médecine générale est encourageant mais doit être renforcé. La formation des médecins sur les effets des écrans sur le développement, l’intégration de ce thème dans le suivi médical systématique et l’existence d’une consultation annuelle dédiée à la prévention chez l’enfant et l’adolescent sont des pistes privilégiées
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Languedoc-Roussillon
Enfant
Médecins
enfant
Enfant
Exposition
effets de l'exposition à un agent externe
médecine générale
Enfant
Aboulie
Enfant
écran
Enfant
consultants
pédiatrie
enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Le temps d’écran et les médias numériques : des conseils aux parents d’enfants d’âge scolaire et d’adolescents
https://soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/screen-time-and-digital-media
De nombreux parents canadiens s’inquiètent du temps que leurs enfants passent à utiliser les médias. Selon une récente recherche d’HabiloMédias, les parents indiquent qu’environ 36 % de leurs enfants de dix à 13 ans passent au moins trois heures par jour devant leurs appareils numériques pour autre chose que le travail scolaire. C’est au moins 21 heures par semaine! Lorsqu’ils sont devant leurs écrans, les enfants ne sont généralement pas en train d’apprendre, d’interagir avec leurs amis et leur famille, de jouer ou de profiter du plein air. Le temps d’écran en solitaire accroît également le risque d’exposition à un contenu négatif ou nuisible.
2019
Soins de nos enfants
France
information patient et grand public
mass-médias
Enfant
enfant
âge parental
Enfant
Adolescent
Assistance
parents
adolescence
parents âgés
Adolescent
Enfant
écran
enfant
adolescent
Enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Niveaux d’usages des écrans à la fin de l’adolescence en 2017
https://www.ofdt.fr/publications/collections/notes/note-ecrans-2019/
Lors du 9e exercice de l'enquête ESCAPAD, en mars 2017, l'OFDT a interrogé 13 330 jeunes de 17 ans à propos de leurs équipements électroniques et de la pratique qu’ils en font. Ces adolescents ont également répondu à des questions sur leur socialisation en ligne. Les résultats sont aujourd'hui présentés dans une note signée par Antoine Philippon et Stanislas Spilka. La quasi-totalité des jeunes (99,4 %) possèdent un téléphone portable et pour 97,8 % il s’agit d’un smartphone. Presque tous ces adolescents disposent aussi d’un ordinateur (97,6 %) et d’un téléviseur (97,4 %) à leur domicile. Les consoles de jeux sont présentes dans 85,1 % des foyers des jeunes et les tablettes dans 76,6 %. Les usages de consoles de jeux supérieurs à deux heures quotidiennes sont bien supérieurs chez les garçons (24,7 % vs 4,1 %).
2019
OFDT - Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies
France
article de périodique
Adolescent
écran
Adolescence
Adolescent
culture (sociologie)
adolescence
adolescent
Fracture de fatigue

---
N3-AUTOINDEXEE
L’utilisation des écrans par les enfants: évaluation du point de vue parental
http://www.sudoc.fr/235247936
L'omniprésence du numérique fait partie de la vie des enfants dès le plus jeune âge. Or les répercussions d’une surexposition précoce sont démontrées. L'objectif de cette étude était d'évaluer le point de vue parental concernant les recommandations et les effets des écrans chez les enfants, grâce à un questionnaire distribué dans différents centres du Bas-Rhin et diffusé sur les réseaux sociaux sur la période du 10 septembre 2018 au 4 novembre 2018. Les réponses, anonymes et basées sur le volontariat, ont été comparées selon les centres (Strasbourg/autres villes du Bas-Rhin - Libéral/Hôpital et PMI) le statut d’information et le mode de distribution. Parmi les 263 réponses les parents avaient étés informés des effets des écrans par un médecin dans 37.7%, par une autre source dans 62.3% (environ 2/3 par les médias). La moitié des parents caractérisaient l'utilisation des écrans par leurs enfants comme normale. Plus de 80% des parents étaient d'accord que les enfants devaient éviter l'utilisation d'un écran avant de partir à l'école, pendant le repas, avant de dormir et dans leur chambre ; ainsi que l’utilisation d'une console de jeu personnelle avant 6 ans. Cependant éviter les écrans avant 3 ans était considéré comme « difficile mais réalisable » dans 30.3% et « irréalisable » 11.9%. Des chiffres similaires étaient retrouvés pour I'utilisation d'internet avant 9 ans, et pas sans accompagnement avant 12 ans. Certains effets positifs étaient décrits, tels que l'apprentissage de langue étrangères (63.7%), la détente (50%), le plaisir en famille (54.3%). Environ 60% utilisaient les écrans pour occuper les enfants, mais ils étaient peu utilisés pour d'autres bénéfices secondaires. Les inquiétudes de la surexposition sont présentes. La quasi-totalité redoutait l'addiction aux jeux vidéo, 86.8% estimaient que les écrans déconnectaient les enfants du monde réel, près de 60 % qu'ils risquaient de diminuer leurs capacités intellectuelles, 52% de retarder le développement du langage et environ 2/3 qu’ils les déconcentraient et les rendaient plus agressifs et colériques. La peur d'effets somatiques était retrouvée, tels que le risque de troubles visuels (91.1%) d’épilepsie photo induite (41.8%), ou d'obésité (48.5%). L'analyse comparative ne retrouvait pas de différence notable entre les centres, ou le statut d'information ; seul le mode de distribution était différent, confirmant la décision de ne pas mélanger les résultats obtenus sur les réseaux sociaux. Malgré l'existence de biais, cette étude retrouve un intérêt réel des parents sur les effets des écrans mais aussi un manque d'information, confirmant la nécessité d'un renforcement des mesures de prévention.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
études d'évaluation comme sujet
Vision
écran

---
N3-AUTOINDEXEE
La lutte contre des abus d'écrans : les pédiatres en première ligne
https://www.swiss-paediatrics.org/sites/default/files/paediatrica/9-12_0.pdf
2018
Swiss-Noso
Suisse
article de périodique
syndrome de l'adulte maltraité
pédiatre
Lutte
Pédiatres
lutte
écran

---
N2-AUTOINDEXEE
L' image du médecin, le regard du patient: l'image du médecin généraliste projetée sur un écran peut-elle influencer une vision forgée par une relation médecin-patient ?
http://www.sudoc.fr/232869863
Le cinéma étant un puissant et populaire vecteur d'idées, nous nous sommes intéressés à son influence sur l'image du médecin généraliste chez les patients. Nous avons réalisé une étude qualitative portant sur l'évolution de cette image suite au visionnage de 3 films le représentant dans l'exercice de ses fonctions : Médecin de Campagne, La Consultation et La Maladie de Sachs. Nous avons réalisé, avec 10 participants, 2 entretiens similaires avant et après ces visionnages et les avons comparés. Une des principales évolutions constatée porte sur la découverte de la fonction sociale du médecin généraliste. Cette évolution concerne surtout la nécessaire prise en compte des difficultés économiques et sociales des patients dans le diagnostic et la prise en charge du patient. Le rôle de lien social du médecin généraliste, surtout à la campagne est également pointé par les participants. Ceux-ci prennent, après visionnage, la mesure du risque d'épuisement professionnel du médecin généraliste. Ils en pointent certaines causes, la principale étant la pression reposant sur les médecins généralistes sous la forme de sollicitations importantes et de demandes de prescriptions ou de consultations injustifiées. Ils notent également un problème de surprescription médicamenteuse notamment de psychotropes ce qui peut être expliqué par la grande présence de cet élément dans les films choisis. Après visionnage les participants ont également montré plus d'indulgence envers le médecin généraliste. Ils ont, en effet, insisté surtout sur les qualités du médecin généraliste, sur le faitque ses défauts étaient surtout une conséquence des difficultés qu'il rencontrait et que le médecin généraliste en tant qu'être humain avait des failles tolérables. Nous avons donc montré que le visionnage de films sur le médecin généraliste faisait évoluer l'image que les participants avaient du médecin généraliste et cela dans le sens d'une meilleure connaissance de celui-ci et d'une plus grande indulgence. Il serait intéressant de comprendre si ces éléments seraient en mesure d'expliquer les réticences à l'installation chez les jeunes médecins généralistes. Par ailleurs le visionnage de films sur certains problèmes de santé pourrait permettre à la population générale de mieux les comprendre et les accepter. Une étude similaire pourrait en faire l'objet.
2018
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
médecin (médecine générale)
a comme patient
vision
Médecins
médecins généralistes
écran
Vision
Vision
Vision
Relations médecin-patient
Médecine générale
médecine générale

---
N3-AUTOINDEXEE
L'utilisation des écrans chez l'enfant de 0 à 3 ans
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02103322
Introduction : l’utilisation des écrans chez les jeunes enfants suscite beaucoup de questionnements, notamment chez les professionnels de la petite enfance. Beaucoup d’enfants présentant des troubles du développement semblent avoir été ou être exposés de façon régulière aux écrans durant leur développement. L’hypothèse d’un lien entre les deux faits est soulevée. Objectif : ce travail portera sur l’impact que les écrans peuvent avoir sur le développement psychomoteur de l’enfant entre 0 et 3 ans. Nous verrons aussi quel rôle la puéricultrice a à jouer auprès des parents pour préserver le bon déroulement de ce développement. Méthodologie : une enquête sera réalisée grâce à des entretiens semi-directifs. Les personnes interrogées seront des puéricultrices de PMI car elles ont une mission majeure de prévention et peuvent accompagner les parents à l’utilisation du numérique. Elles sont également au plus proche de la population car elles peuvent entrer dans l’intimité des personnes. Résultats : l’impact des écrans sur le développement psychomoteur de l’enfant a bien été observé par les puéricultrices à des degrés divers. Un accompagnement à la parentalité est nécessaire pour pallier un éventuel manque de connaissances, manque de conscience, l’isolement, etc., dans une société où les écrans sont omniprésents, parfois depuis l’école maternelle. De plus, il est parfois difficile pour les parents d’accepter que l’utilisation des écrans par leurs enfants puisse être inadaptée. Il faut alors s’adapter à leurs valeurs en les sensibilisant à l’importance d’autres jeux et des relations sociales. Conclusion : la puéricultrice de PMI a un rôle de prévention et d’accompagnement face à l’utilisation des écrans entre 0 et 3 ans. Grâce à ce double rôle, elle contribue à préserver le développement psychomoteur de l’enfant et à ajuster l’utilisation, tout en tenant compte du contexte familial. Néanmoins, il est difficile d’affirmer avec certitude que l’accompagnement limite les troubles du développement, ainsi que d’évaluer avec précision les effets de la prévention sur le développement. Il est donc nécessaire de prendre du recul sur ce phénomène.
2018
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Enfant
Enfant
Enfant
enfant
écran
enfant
Enfant
dû à

---
N2-AUTOINDEXEE
Addictions numériques : tous accros à l’écran
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/addictions-numeriques-tous-accros-a-lecran
Que se passe-t-il dans le cerveau lorsqu’on se retrouve dans une situation d’addiction ? Un usage immodéré des écrans est-il forcément synonyme d’addiction ? Quelle différence avec la dépendance ? Sommes-nous tous addicts à un niveau ou à un autre ? Comment le devient-on ?
2018
false
false
false
France Culture
France
français
émission radiophonique
addictions
écran
toxicomanie
Comportement toxicomaniaque

---
N3-AUTOINDEXEE
Association entre le sentiment d'appartenance à l'école, la participation à l'intimidation et divers comportements associés au temps passé devant un écran chez les jeunes dans deux provinces canadiennes : une étude COMPASS
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/rapports-publications/promotion-sante-prevention-maladies-chroniques-canada-recherche-politiques-pratiques/vol-38-no-10-2018/association-entre-sentiment-appartenance-ecole-participation-intimidation-divers-comportements-associes-temps-passe-devant-ecran-jeunes-etude-compass.html
Introduction. Le temps passé devant un écran, une mesure des comportements sédentaires, s'est révélé être un déterminant essentiel de la santé chez les jeunes dans les sociétés contemporaines, où la majorité des dimensions de leur vie comprennent l'accès à un écran. Une approche peu étudiée pour réduire le temps passé devant un écran chez les jeunes est son association avec la réduction de l'intimidation. Cette étude vise à comprendre le lien entre la perpétration de l'intimidation, la victimisation, la perception des jeunes à l'égard du milieu scolaire et divers comportements associés au temps passé devant un écran.
2018
Gouvernement du Canada
Canada
article de périodique
émotion
intermédiaire
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
écran
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
comportement
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
établissements scolaires
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
passe-temps favoris
Comportement
association
Divers
Divers
Divers
Divers
Temps
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
collecte de données
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
avec une période
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
deux
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
jeunes
divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
brimades
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers
Divers

---
N2-AUTOINDEXEE
Représentations et pratiques des médecins généralistes d’Isère et de Savoie sur la prévention de l’exposition aux écrans chez les enfants de moins de trois ans, et pistes pour l’amélioration des pratiques
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01849384
Dès leur plus jeune âge, les enfants sont soumis aux images sans mesure. Pourtant les effets négatifs des écrans ne sont plus à prouver. Des recommandations nationales et internationales existent pour encadrer l’exposition aux écrans.
2018
false
false
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
Pratique
Exposition
médecins généralistes
Enfant
Enfant
écran
Enfant
trois
effets de l'exposition à un agent externe
enfant
Enfant
Médecins
médecine préventive
enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Représentations et vécu des parents sur l’utilisation d’écrans type tablettes et smartphones par leurs enfants entre 6 et 12 ans
http://www.sudoc.fr/227000900
Introduction : Les smartphones et les tablettes sont devenus des objets du quotidien. Toutes les générations les utilisent. Il existe des recommandations pour guider les parents dans l’utilisation de ces supports qu'il leur est difficile d'appliquer. L’objectif principal est d’établir un état des lieux des représentations et du vécu des parents sur l’utilisation des tablettes et smartphones par leurs enfants entre 6 et 12 ans
2018
false
false
false
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
français
thèse ou mémoire
Abcès du canal rachidien
parent
Enfant
Enfant
Enfant
Aboulie
parents
Ordiphone
Enfant
écran
enfant
enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Série « Ecrans » : les enfants
http://www.avisdexperts.ch/videos/view/8429
Reportage sur les troubles d’apprentissage ou difficultés relationnelles des enfants, suite à une surutilisation des écrans.
2018
false
false
false
Avis d'Experts - La Radio Télévision Suisse (RTS) et les Universités de Suisse Romande
Suisse
français
enregistrement vidéo
Enfant
Enfant
Enfant
Enfant
en série
écran
enfant
enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Usage des écrans : Dossier thématique
http://www.codeps13.org/a/76/usage-des-ecrans-dossier-thematique/
Ce dossier thématique est élaboré à l'occasion de la journée d’échanges de pratiques et de présentation d’outils pédagogiques sur la prévention et l’usage des écrans des jeunes organisée par le Dispositif régional de compétences en éducation pour la santé de la région PACA le 28 septembre 2017 à Marseille et animée par Aïchatou Camara et Coralie Brunet. Il a pour objectif de fournir aux participants un complément d'informations sur la thématique de l’usage des écrans (Internet, réseaux sociaux, Jeux vidéos).
2017
false
false
false
false
CoDEPS13 - Comité Départemental d’Éducation et de Promotion de la Santé des Bouches-du-Rhône
France
français
bibliographie
écran

---
N3-AUTOINDEXEE
Impact des écrans sur la santé des enfants. Quel champ d'intervention pour le médecin généraliste
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01907374/document
Contexte : face à l’omniprésence des écrans dans la vie des enfants, de multiples études ont prouvé les effets néfastes de leur usage abusif qui semble relever du champ médical. Objectif : évaluer l’implication du médecin généraliste face à ce problème rencontré chez les enfants dans sa pratique quotidienne tant dans le repérage, la prévention que la prise en charge. Méthode : étude descriptive auprès de médecins généralistes installés dans la région PACA. Résultats : 60 médecins ont répondu au questionnaire. Tous pensaient qu’il existe un risque d’usage abusif des écrans chez l’enfant avec impact sur leur santé. La conséquence la plus fréquemment citée était les troubles du sommeil (97%), les autres étaient : l’obésité, l’hyperactivité-agitation, les céphalées, l’agressivité, les troubles musculo-squelettiques, le retard scolaire et du langage. 3% des médecins intégraient systématiquement dans leur interrogatoire l’usage des écrans mais 62% le faisaient lors de l’existence d’un signe d’appel surtout chez un adolescent. 52% des médecins ont été interpellés par les parents au sujet de l'usage abusif des écrans par leurs enfants. 75% des médecins déclaraient rencontrer en consultation des enfants présentant des problèmes de santé liés à cet usage. Les médecins recommandaient : de limiter le temps d’écran (93%), de choisir des périodes dans la journée, de dialoguer avec l’enfant, d’interdire les écrans dans la chambre. Une minorité a donné un conseil en fonction de l’âge de l’enfant. 93% soulignaient l’importance d’inclure systématiquement l’usage des écrans dans l’interrogatoire de consultation du suivi de l’enfant et 63% souhaitaient une formation sur le sujet. Conclusion : la prévention, le repérage et la prise en charge de l'usage abusif des écrans et de ses conséquences chez l'enfant relèvent du champ d'intervention du médecin généraliste. Son conseil basé sur les recommandations actuelles devrait s’intégrer systématiquement dans la consultation du suivi de l’enfant.
2017
false
false
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
Temps passé sur les écrans
thèse ou mémoire
médecins généralistes
Enfant
pédiatrie
Médecins
Enfant
enfant
écran
Santé de l'enfant
Enfant
Enfant
médecine générale

---
N3-AUTOINDEXEE
Perceptions et attentes des patients suite à l'installation d'un écran d'information en salle d'attente : enquête qualitative
http://www.sudoc.fr/229641792
Introduction : Les patients sont demandeurs d'informations sur la santé. Les moyens d'information actuels en salle d'attente ne répondent pas nécessairement à cette demande et ne sont pas toujours efficaces. L'outil vidéo est encore peu utilisé, bien qu'il ait démontré une amélioration des connaissances et des changements de comportement chez les patients. Qu'en est-il de leur ressenti et de leurs attentes face à l'installation d'un écran d'information en salle d'attente ?
2017
false
false
false
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
français
thèse ou mémoire
dans
attention
attention
patient informé
qualitatif
Perception
écran
Patients
collecte de données
perception
Perception
information en santé des consommateurs
perception
enquêteur
patients

---
N3-AUTOINDEXEE
Le temps d’écran, une autre habitude de vie associée à la santé
https://www.inspq.qc.ca/publications/2154
Les écrans occupent une place de plus en plus importante dans notre société et ils font partie de notre environnement. Leur omniprésence dans le travail et dans l’éducation banalise leur utilisation au quotidien ce qui peut avoir un impact dans les différentes sphères de notre vie. Leur utilisation n’aide pas à contrer la sédentarité à l’école et au travail. Par ailleurs, la sédentarité n’est pas la seule dimension de la santé qui peut être affectée par les écrans. Il en existe d’autres comme la qualité de la vision et du sommeil. Le présent TOPO vise à informer les professionnels de la santé et leurs partenaires de certains impacts du temps d’écran sur la santé, notamment ceux associés au développement des enfants, au sommeil, à la sédentarité et à l’obésité, en plus de faire connaître certaines recommandations pour mieux encadrer leur utilisation.
2016
false
false
false
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
français
rapport
mode de vie
habitudes
avec une période
vie
santé
écran
temps

---
N3-AUTOINDEXEE
L'impact de l'écran d'ordinateur sur la relation médecin-patient dans les cabinets de médecine générale d'Ile-de-France : le point de vue du médecin
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01347492
L’informatisation des cabinets médicaux, initiée au début des années 1990, s’est accélérée à partir de 1999 suite à l’obligation faite aux médecins libéraux de télétransmettre les feuilles de soins. L’irruption de l’ordinateur au sein du cabinet s’est donc faite sans réflexion sur son impact éventuel dans la relation médecin-patient au cours de la consultation. Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’impact de l’écran en tant qu’objet interférant dans la relation
2016
false
true
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
généralisé
France
ordinateurs
Ile-de-France
médecins
a comme patient
France
médecine générale
Médecine
français
Médecins
France
Relations médecin-patient
Paris
Vision
écran
relatif
France
France

---
N3-AUTOINDEXEE
Influences de la représentation cinématographique et télévisuelle du médecin à l'écran sur la relation médecin-malade : étude qualitative réalisée auprès de patients de la Haute-Vienne
http://www.sudoc.fr/191686492
Contexte : Dès son invention, le cinéma et plus récemment la télévision, véhiculent des portraits emblématiques des successeurs d'Hippocrate. La figure du médecin sert donc de fil conducteur aux fictions médicales. Objectif: Analyser les influences des représentations cinématographiques et télévisuelles du médecin à l'écran sur la relation médecin-malade.
2015
false
false
false
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
français
thèse ou mémoire
Représentation
recherche qualitative
patients
maladie
Relations médecin-patient
écran
relatif
accomplissement
qualitatif
a comme patient

---
Nous contacter.
06/12/2022


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.