Libellé préféré : hospitalisation;

Synonyme CISMeF : séjour hospitalier; Traitement hospitalier;

Acronyme CISMeF : hos;

Traduction automatique Wikipédia : Hôpital;

Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hôpital;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Épisode 50: Efficacité du baricitinib chez les sujets hospitalisés pour la COVID-19 (étude RECOVERY- volet Baricitinib)
https://www.usherbrooke.ca/baladocritique/archives/episode-50-etude-recovery
Dans cette 50e baladodiffusion, le Dr Luc Lanthier discute de traitement de la COVID-19 avec le baricitinib, en plus de réviser la littérature médicale de juin et juillet 2022. Quiz clinique (2 min 52), étude principale (3 min 41), critique (20 min 55), autres articles (30 min 54), réponse au quiz clinique (36 min 13)
2022
Université de Sherbrooke
Canada
document sonore
baricitinib
baricitinib
COVID-19
épisode de
personnes
hospitalisation
collecte de données
hospitalisation
Rendement
COVID-19

---
N3-AUTOINDEXEE
Interventions non pharmaceutiques pour réduire la SRAS-CoV-2 et la COVID-19 avec les taux d’hospitalisation relatifs
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/rapports-publications/releve-maladies-transmissibles-canada-rmtc/numero-mensuel/2022-48/numero-10-octobre-2022/efficacite-interventions-non-pharmaceutiques-reduire-transmission-sras-cov-2-canada-association-taux-hospitalisation-relatifs-covid-19.html
Contexte : Les interventions non pharmaceutiques (INP) visent à réduire l'incidence des infections causées par le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2) en limitant principalement les contacts entre les personnes où la transmission du virus peut se produire. Cependant, les INP limitent les interactions sociales et entraînent des répercussions négatives sur le bien-être économique, physique, mental et social. Il est donc important d'évaluer l'incidence des INP sur la réduction du nombre de cas de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et d'hospitalisations pour justifier leur utilisation. Méthodes : Des modèles de régression dynamique qui tiennent compte de l'autocorrélation dans les données de séries chronologiques ont été utilisés avec des données provenant de six provinces canadiennes (Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario, Québec) pour évaluer 1) l'effet des INP (mesurés à l'aide d'un indice de rigueur) sur la transmission du SRAS-CoV-2 (mesurée par le taux de reproduction effectif) et 2) l'effet du nombre de patients hospitalisés en raison de la COVID-19 sur l'indice de rigueur.
2022
Gouvernement du Canada
Canada
article de périodique
hospitalisation
virus du SRAS
hospitalisation
COVID-19
COVID-19

---
N3-AUTOINDEXEE
Devenir des prescriptions d’antalgiques et plus précisément des médicaments pourvoyeurs de mésusage, dans une population de patient.e.s hospitalisé.e.s dans un service d’ortho-rhumato-traumatologie MPR
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03784400
La prise en charge de la douleur est au cœur des pratiques médicales et chirurgicales depuis plusieurs décennies, que ce soit des douleurs nociceptives ou neuropathiques. Cependant, elle représente toujours un défi pour les praticiens. Les traitements actuellement sur le marché ne sont pas dénués de risque tant sur le plan de la tolérance (effets indésirables multiples) que sur le risque de mésusage. L’objectif de ce travail est d’évaluer la prescription et le devenir des patients sortis du service d’ortho-traumato-rhumatologie du CRMPR « Les Herbiers » (Bois-Guillaume, Seine-Maritime), en étudiant spécifiquement la consommation d’antalgique à risque d’addiction et de mésusage, tels que les opioïdes et la prégabaline. Méthode : Nous avons mené une étude observationnelle, prospective, descriptive, monocentrique portant sur l’ensemble des patients adultes, majeurs ayant été hospitalisés dans le service de rééducation ortho-traumato-rhumatologie du CRMPR « Les Herbiers » à Bois-Guillaume (Seine-Maritime), et sortis d’hospitalisation entre le 1er novembre 2021 et le 1er avril 2022. Les éléments ont été recueillis au cours d’entretiens téléphoniques normalisés à 1 mois et à 3 mois de la sortie, associé à un recueil rétrospectif dans les dossiers médicaux informatisés. Résultats : L’analyse des données s’est portée sur 94 sujets ayant rempli tous les critères d’inclusion et ayant répondu aux deux entretiens téléphoniques. 70% d’entre eux étaient des femmes et 55% hospitalisés après la pose de prothèse totale de genou. Quinze sujets avaient encore recours à des opioïdes de prescription médicale (OPM) à trois mois, dont quatre aux OPM fort. 61% des sujets n’avaient plus aucun traitement à 3 mois de la sortie. Les posologies d’OPM ont également tendance à diminuer au cours du temps. La prégabaline a été introduite par le service pour deux sujets, traitement présent à l’entrée pour quatre autres. Le mésusage n’a pas été mis en valeur ni pour les OPM ni pour la prégabaline ; seul cinq sujets avaient un score POMI positif ne signant qu’un risque éventuel de mésusage. Parmi les critères de jugements secondaires, il a été constaté que 43% de la population n’avait pas été réévaluée plus de quinze jours après la sortie, comme préconisé lors de l’entretien de sortie du service. Conclusion : L’originalité de notre étude réside dans l’observation des consommations d’antalgiques à la sortie d’un service de médecine physique et réadaptation (MPR) spécialisé dans la prise en charge de l’appareil locomoteur et montre qu’un nombre relativement faible de patients, même si non négligeable, prend encore des traitements à risque de mésusage à trois mois de la sortie d’hospitalisation. Cette étude a permis de dégager des axes d’amélioration et de souligner encore une fois l’importance d’une prise en charge adaptée des douleurs en MPR, élément indissociable de la rééducation, car potentiellement pourvoyeuse de chronicisation des douleurs post opératoire (arthroplastie, arthrodèse, traumatisme...).
2022
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
a comme patient
patients
prescription d'un médicament
population
Mésusage de médicament
Traumatologie
rhumatologie
hospitalisation
analgésiques
centres de traumatologie
médecine physique et de réadaptation
ordonnances médicamenteuses
Médicaments
hospitalisation

---
N3-AUTOINDEXEE
Caractéristiques des patients admis aux urgences du CHU de Rouen pour COVID-19 et hospitalisés en soins critiques durant l’année 2020. Étude rétrospective
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03858233
La propagation importante a conduit à un afflux massif de patients atteints vers les services d’urgences. Parmi ces patients beaucoup présentaient des formes sévères de CO-VID-19 nécessitant des soins de réanimation. Malgré l’ouverture d’unités provisoires, le risque de saturation des unités COVID-19 est une préoccupation. Une admission précoce des patients COVID-19 en unité de soins critiques était un élément clé dans l’évolution de la maladie. L’identification des caractéristiques des patients s’étant présentés aux urgences et ayant été hospitalisés en réanimation pour COVID-19 nous a semblé pertinente. L’analyse de ces caractéristiques permet-elle de déterminer un profil typique de patient ? Méthode : étude rétrospective observationnelle réalisée aux urgences adultes du CHU de Rouen du 1er janvier 2020 au 31 décembre 2020. Ont été inclus les patients COVID-19 confirmés, hospitalisés en réanimation et en unités COVID-19 conventionnelles après admission au SU. L’étude comparait par une analyse statistique univariée les caractéristiques cliniques (constantes à l’entrée aux urgences, dyspnée, polypnée, tirage, balancement thoraco-abdominale), paracliniques (bilan biologique, étendue des lésions en TDM thoracique) et thérapeutiques (oxygénothérapie, VNI, intubation, expansion volémique) des patients admis en réanimation et de ceux non admis en réanimation (admis en unités conventionnelles) aux urgences. br Résultats : br Sur 539 patients COVID-19 prise en charge aux urgences en 2020, 71 ont été admis en réanimation. Les patients admis en réanimation étaient moins susceptibles d'être des femmes (OR 0,3 IC95 % 0,2-0,6) que ceux admis dans une autre unité. Ils étaient plus susceptibles d'être symptomatiques (dyspnée OR 7,4 IC95% 2,3-37,3 ; polypnée OR 7,7 IC95% 3,6-19 ; tirage OR 4,3 95%CI 2,1-8,5). Les patients présentant une étendue légère ou modérée sur le scanner étaient moins susceptibles d'être admis en réanimation (légère OR 0,2 IC95% 0,02-0,8 ; modérée OR 0,1 IC95% 0,03-0,3) tandis que les patients présentant une atteinte étendue ou sévère étaient plus susceptibles d'être admis en réanimation (étendue OR 3,7 IC95% 2,0-7,2 ; sévère OR 5,7 IC95% 2,4-13,3). Les patients admis en réanimation avaient un taux de leucocytes plus élevé (médiane admis en réanimation 8,2 G/L contre médiane non admis en réanimation 6,2 G/L, p 0,0008), un taux de CRP plus élevé (médiane du groupe admis en réanimation 158 contre médiane du groupe non-admis en réanimation de 62, p 0,0001) et étaient plus susceptibles d'avoir un seuil de D-Dimères supérieur à 1 000 ng /mL (OR 3,8 IC95% 1,7-9,2). br Conclusion : br Cette étude a montré qu’il existe un profil typique de patient à risque de formes graves de COVID-19. Des caractéristiques, facilement accessibles aux urgences et significativement liées à une hospitalisation en réanimation ont été identifiées. Elles pourraient aider à l’orientation pertinente des patients COVID-19 en hospitalisation dès leur prise en charge en service d’urgence. Des travaux de plus grande ampleur sont nécessaires pour identifier des facteurs prédictifs d’admission en réanimation et l’établissement d’un score.
2022
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Soins de réanimation
urgences
hôpitaux universitaires
COVID-19
hospitalisation
COVID-19
Soins
a comme patient
patients
études rétrospectives
hospitalisation

---
N3-AUTOINDEXEE
COVIPREG-IC: une analyse rétrospective des cas de femmes enceintes hospitalisées en réanimation pour forme sévère de COVID-19
https://n2t.net/ark:/47881/m6hq3zsn
COVIPREG-IC analyse de manière rétrospective 47 cas de femmes enceintes hospitalisées en réanimation pour forme sévère de COVID-19. L'obésité et le diabète étaient les comorbidités les plus représentées dans cette population. Au cours du séjour en réanimation, 25,5% des femmes ont nécessité le recours à la ventilation invasive, et à l'ECMO pour 10,6%. La durée médiane de réanimation était de 5 jours. Le taux de mortalité observé était de 2,1% (1/47). Les patientes césarisées durant l'épisode de COVID-19 sévère avaient un terme de grossesse plus avancé (32 contre 28 SA), mais également un degré de gravité plus important à l'admission comme au cours de l'évolution en réanimation. Parmi ces 47 cas, 17 césariennes pour sauvetage maternel ont été réalisées, au terme médian de 32 SA. Il conviendra d'étudier l'impact sur le devenir à long terme des enfants nés au cours de l'épisode d'infection maternel, ainsi que des enfants nés à distance de l'infection, et soumis à des conditions d'insuffisance respiratoire et d'inflammation maternelle marquée.
2022
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
femmes enceintes
COVID-19
grossesse
casse-croute
hospitalisation
réanimation
hospitalisation
sévère
COVID-19

---
N2-AUTOINDEXEE
Efficacité de la première dose de rappel des vaccins à ARN messagers sur le risque d’hospitalisation pour Covid-19 en France
https://assurance-maladie.ameli.fr/etudes-et-donnees/2022-premiere-dose-rappel-vaccin-covid-hospitalisation
Cette étude pharmaco-épidémiologique mesure l’ampleur et la durabilité de l’efficacité de la troisième dose de vaccin à ARN messager vis-à-vis du risque d’hospitalisation pour Covid-19, durant la période du 15 septembre 2021 au 31 janvier 2022.
2022
AMELI - Assurance Maladie En Ligne
France
rapport
Vaccins
rappel de vaccin
France
vaccination
hospitalisation
vaccins à ARNm
Relation dose-effet des rayonnements
COVID-19
risque
Vaccine
efficacité du vaccin
hospitalisation
France
efficacité des vaccins
COVID-19
français
vaccin à ARN
France
France
vaccin
vaccination
vaccination; médication préventive
acide ribonucléique
messager
France
vaccine

---
N3-AUTOINDEXEE
Éclosion d'Escherichia coli O103 associée à du céleri haché chez des personnes hospitalisées à Victoria, Colombie-Britannique, en 2021
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/rapports-publications/releve-maladies-transmissibles-canada-rmtc/numero-mensuel/2022-48/numero-1-janvier-2022/eclosion-escherichia-coli-0103-personnes-hospitalisees-colombie-britannique.html
Contexte : En avril 2021, une éclosion d'Escherichia coli (E. coli) O103 producteurs de Shiga-toxines (STEC) a été décelée chez des patients de deux hôpitaux de Victoria, en Colombie-Britannique. L'objectif de cette étude est de décrire l'enquête sur cette éclosion et de déterminer les problèmes de salubrité des aliments pour les produits à haut risque préparés pour les populations vulnérables. Méthodes : Des cas confirmés d'E. coli O103 ont été signalés à l'unité des maladies transmissibles d'Island Health. Le laboratoire provincial de santé publique a procédé au séquençage du génome entier des isolats des cas confirmés, conformément à la pratique courante pour les STEC en Colombie-Britannique. Les renseignements sur l'exposition ont été obtenus par l'entremise d'entretiens avec des cas et de l'examen des menus des hôpitaux. Les autorités sanitaires fédérales et locales ont procédé à une inspection de l'usine de transformation de la source suspecte.
2022
Gouvernement du Canada
Canada
article de périodique
hache
Apium
hospitalisation
Personna +
escherichia coli
pigeon
escherichia coli
hospitalisation
victoria
personnes
Colombie-Britannique

---
N2-AUTOINDEXEE
La vague Omicron a d’abord frappé les régions du Nord-Ouest, pour les cas puis pour les hospitalisations
Appariements entre les bases SI-VIC, SI-DEP et VAC-SI
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/communique-de-presse/la-vague-omicron-dabord-frappe-les-regions-du-nord-ouest-pour-les-cas-puis
L’actualisation des résultats relatifs à l’épidémie de Covid-19 publiés chaque semaine par la Drees à partir des données de tests, de vaccination et d’hospitalisation confirme la surreprésentation des personnes non vaccinées dans les évènements liés au Covid-19 par rapport à leur part dans la population générale, et la protection conférée par le vaccin contre les formes graves.
2022
DREES - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
France
information scientifique et technique
débit expiratoire de pointe
appariement de bases
hospitalisation
hospitalisation
Régions
casse-croute
Cicatrisation par la technique de pression négative
débit expiratoire de pointe

---
N2-AUTOINDEXEE
Fréquence des hépatites chroniques B et C, morbidité et mortalité parmi la population hospitalisée en France, 2005-2020
Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 8 février 2022, n 3-4
https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/hepatites-virales/hepatite-c/documents/article/frequence-des-hepatites-chroniques-b-et-c-morbidite-et-mortalite-parmi-la-population-hospitalisee-en-france-2005-2020
Objectifs - Décrire, entre 2005 et 2020, les taux de patients hospitalisés avec un diagnostic d'hépatite chronique B (HCB) ou C (HCC), ainsi que la morbidité et la mortalité hospitalières associées. Méthodes - Les séjours des patients majeurs hospitalisés ont été extraits du Programme de médicalisation des systèmes d'information- médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie (PMSI-MCO). Le taux de patients hospitalisés avec un diagnostic d'HCB ou d'HCC a été calculé en rapportant le nombre de patients avec une HCB ou une HCC en diagnostics principal (DP), relié (DR) ou associé significatif (DAS) au nombre total de patients hospitalisés. L'analyse de la morbidité et de la mortalité hospitalières a concerné uniquement les patients avec soit une HCB ou HCC en DP/DR, soit une complication d'HCB ou d'HCC en DP/DR avec une HCB ou HCC en DAS. Résultats - Entre 2005 et 2020, le taux annuel de patients hospitalisés avec une HCB et une HCC est passé de 0,11% à 0,07% et de 0,45% à 0,10%, respectivement. Les nombres de patients hospitalisés pour une HCB ou une HCC ont diminué de 62% et 88% respectivement, les proportions de patients avec une complication ont augmenté (HCB : de 28% à 43% ; HCC : de 26% à 72%), et le nombre de décès a diminué (HCB : -43% ; HCC : -58%). Conclusion - Ces résultats montrent une baisse de la fréquence et de la morbi-mortalité liée aux hépatites chroniques B et C dans la population hospitalisée, plus marquée pour l'HCC. Ces indicateurs sont essentiels pour le suivi de l'élimination des hépatites virales B et C.
2022
SPF - Santé publique France
France
article de périodique
Epidémiologie
France
français
population
hospitalisation
morbidité
France
hépatite C chronique
hépatite B chronique
Hépatite
mortalité
Epidémiologie
Epidémiologie
Epidémiologie
épidémiologie
France
hépatite chronique
hépatite virale b
hépatite virale c
lettres d'information
France
périodiques comme sujet
hospitalisation
hepatite
France
Épidémiologistes
Epidémiologie

---
N2-AUTOINDEXEE
Statut vaccinal des personnes hospitalisées
Questions/réponses sur les appariements SI-VIC, SI-DEP et VAC-SI
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/article/statut-vaccinal-des-personnes-hospitalisees
Production des données ; Sur quelles données s'appuie la DREES pour ses publications sur le statut vaccinal des personnes hospitalisées ? ; Comment se fait l’appariement (croisement) de ces données ? ; Comment la DREES procède-t-elle pour estimer la protection vaccinale ? ; Pourquoi certaines valeurs ne sont-elles pas des nombres entiers (nombre de tests PCR, décès…) ? ; Pourquoi y-a-t-il un décalage de 12 jours dans les données publiées par la DREES ? ; Pourquoi la méthodologie évolue-t-elle au fil du temps ? ; Glossaire des variables figurant dans les tableaux de la DREES ; Périmètre des données ; Les données publiées concernent-elles les patients hospitalisés POUR Covid, ou les patients hospitalisés, quelle qu’en soit la cause et qui ont le Covid ? ; Quelle est la tranche d’âge étudiée ? ; Comment sont comptabilisées les personnes hospitalisées ? ; Quels sont les décès comptabilisés dans les données publiées par la DREES ? ; Pourquoi les chiffres publiés par la DREES sont-ils différents des chiffres publiés par Santé publique France ? ; Ventilation par variant ; Comment la DREES fait-elle pour introduire la ventilation des hospitalisations par variant
2022
DREES - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
France
questions réponses
hospitalisation
débit expiratoire de pointe
hospitalisation
débit expiratoire de pointe
Cicatrisation par la technique de pression négative
Personna +
analyse appariée
personnes

---
N2-AUTOINDEXEE
L’assouplissement graduel des mesures sanitaires n’entraînerait pas de recrudescence des cas et des hospitalisations
https://www.inspq.qc.ca/nouvelles/impact-potentiel-assouplissements-mesures-covid-19-grand-montreal-2022
Les assouplissements graduels des mesures sanitaires jusqu’au 14 mars 2022 ne devraient pas causer de recrudescence importante des cas et des hospitalisations dans le Grand Montréal, en comparaison avec le pic de janvier 2022. C’est ce que suggèrent les plus récentes projections produites par l’Institut national de santé publique du Québec et le Groupe de recherche en modélisation mathématique et en économie de la santé liée aux maladies infectieuses de l’Université Laval(le lien est externe). Elles s’appuient sur l’estimation qu’environ une personne sur trois aurait été infectée par le SRAS CoV-2 depuis le 1er décembre 2021 dans le Grand Montréal. Les enfants et les jeunes l’auraient été davantage pendant la 5e vague étant donné leur couverture vaccinale plus faible avec 2 et 3 doses et le retour à l’école en janvier 2022. En contrepartie, les personnes de plus de 65 ans auraient été les moins infectées en raison de leur haute couverture vaccinale avec 3 doses et des mesures sanitaires limitant les contacts depuis janvier 2022.
2022
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
rapport
Mesures
casse-croute
poids et mesures
récidive
Pression systolique
Recrudescence
hospitalisation
hospitalisation

---
N2-AUTOINDEXEE
L’unité de soins renforcés en hospitalisation médicale ou chirurgicale : une composante importante de la réorganisation des soins en Etablissement de santé
https://www.academie-medecine.fr/lunite-de-soins-renforces-en-hospitalisation-medicale-ou-chirurgicale-une-composante-importante-de-la-reorganisation-des-soins-en-etablissement-de-sante/
La réflexion engagée par les pouvoirs publics sur les soins critiques à l’hôpital (unités de réanimation, soins intensifs polyvalents) vise à tirer leçon de la pandémie de Covid-19 pour mieux répondre aux besoins de prise en charge en régime habituel et préparer ce secteur des soins à s’adapter rapidement à un afflux de patients en situation de crise. Il s’agit notamment d’éviter que l’accroissement des besoins de prise en charge pour soins critiques se traduise, comme au printemps 2020, par une interruption importante des soins programmés, en particulier opératoires, qu’ils soient réalisés par des chirurgiens ou des médecins, y compris pour des patients gravement malades (patients en attente de greffe, ou ayant un cancer, par exemple).
2022
Académie Nationale de Médecine
France
information scientifique et technique
hospitalisation
Soins de santé
hospitalisation
asteraceae
renforcement psychologique
établissement de soins
établissements de santé
renforcement

---
N3-AUTOINDEXEE
Caractéristiques socio-économiques des individus aux formes sévères de Covid-19 au fil des vagues épidémiques - Exploitation d’un appariement de données d’hospitalisation (SI-VIC) et de données socio-économiques (Fidéli)
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/publications-communique-de-presse/les-dossiers-de-la-drees/caracteristiques-socio-economiques-des
La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), en collaboration avec l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), publie une étude originale sur les caractéristiques socio-économiques des personnes qui ont développé une forme sévère de Covid-19, définie par une hospitalisation, parfois suivie de complications à l’hôpital (admission en soins critiques ou décès). Cette analyse a été rendue possible grâce à l’appariement inédit des données SI-VIC, relatives aux patients hospitalisés et atteints du Covid-19 et des données de Fidéli, le fichier démographique de l’Insee sur les logements et les individus. Cette analyse couvre la période de mars 2020 à novembre 2021, soit les quatre premières vagues de l’épidémie de Covid-19 et s’appuie sur les données de 67,32 millions d’individus résidant en France métropolitaine, dont 382 000 ont été hospitalisés avec Covid-19.
2022
false
false
false
DREES - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
France
information scientifique et technique
Économie
COVID-19
hospitalisation
COVID-19
ensemble de données
épidémies
analyse appariée
personnes
Individus

---
N3-AUTOINDEXEE
Etude comparative des pneumonies à Sars-COV-2 et des pneumonies présumées bactériennes chez le sujet âgé de 75 ans et plus, hospitalisé
https://nuxeo.u-bourgogne.fr/nuxeo/site/esupversions/0c813778-adf4-444f-8faa-66457e31ab63
CONTEXTE : Nous avons comparé des sujets âgés atteints de pneumonie à SARS-CoV-2 à ceux atteints de pneumonie bactérienne dans l’objectif d’améliorer leur prise en soin. METHODES : Il s’agissait d’une étude rétrospective multicentrique comparant un recueil hospitalier gériatrique de pneumonies bactériennes (n 216) à des pneumonies à SARS-CoV-2 (n 124). Les données démographiques, anamnestiques, cliniques et paracliniques étaient recueillies à l’admission à l’hôpital. Les complications hospitalières, le pronostic fonctionnel et le statut vital à 1 mois, 3 mois et 1 an étaient recueillis prospectivement. RESULTATS : L’âge médian de 86 4ans et le sexe ne différaient pas entre les groupes. Les patients atteints de pneumonie bactérienne étaient plus dépendants. Les comorbidités pulmonaires (46.8% vs 16%), cardiaques (43.5% vs 24.2%) et hypertensive (75.5% vs 58.9%) (tous p 0.001) étaient plus fréquentes dans la population « pneumonie bactérienne », à l’inverse des maladies cérébro- vasculaires et des troubles neurocognitifs indifféremment majeur ou mineur (p 0.001). Une confusion était quatre fois plus fréquente chez les patients « pneumonie à SARS-CoV-2 » (20.2% vs 5.1%, p 0.001). A l’admission, le score pronostic FINE était plus élevé dans le groupe « pneumonie à SARS-CoV-2 » que dans celui « pneumonie bactérienne » (p 0.017), témoignant d’une plus grande sévérité initiale dans le 1er groupe. La détresse respiratoire était significativement plus représentée dans le groupe « pneumonie à SARS-CoV-2 » (25.0% vs 16.2%, p 0.05), à l’inverse de la décompensation cardiaque (50.2% vs 17.2%, p 0.001) et de la fibrillation atriale (19.0% vs 4.8%, p 0.001). La mortalité intra-hospitalière était supérieure et le risque de décès à 30 jours deux fois plus élevé en cas de pneumonie à SarS-CoV-2 (36.3% vs 17.1%, p 0.001). Cependant, une tendance inverse était observée à 1 an (31.1% vs 40.7%, p 0.41).CONCLUSION : Ces deux populations présentent d’importantes différences cliniques, biologiques et d’évolution. La population « pneumonie à SARS-CoV-2 » se distingue par un niveau d’indépendance préservé et par peu de comorbidités. L’hospitalisation est marquée par une surmortalité précoce en lien avec la sévérité du tableau respiratoire. A contrario, la population atteinte d’une pneumonie bactérienne se distingue par sa plus grande fragilité initiale et par la grande fréquence de décompensation de comorbidités, notamment cardiovasculaires, grevant le pronostic à plus long terme.
2022
false
false
false
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
COVID-19
thèse ou mémoire
pneumopathie bactérienne
hospitalisation
Étude comparative
collecte de données
sujet âgé
SARS-CoV-2

---
N2-AUTOINDEXEE
Pendant les trois premiers mois, la dose de rappel protège à 75 % de l’hospitalisation, au-delà, la protection baisse à 60 % pour les personnes de 40 ans ou plus
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/communique-de-presse/pendant-les-trois-premiers-mois-la-dose-de-rappel-protege-75-de
La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie les résultats relatifs à l’épidémie de Covid-19 à partir des données d’appariements de tests, d’entrées hospitalières et de vaccinations. Les résultats sur la protection conférée par l’injection d’une dose de rappel, selon que celle-ci a été effectuée il y a moins ou plus de trois mois, portent sur la population des personnes âgées de 40 ans ou plus.
2022
DREES - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
France
information scientifique et technique
personnes
Personna +
dû à
hospitalisation
hospitalisation

---
N2-AUTOINDEXEE
Caractéristiques clinico-biologiques et devenir de patients atteints de COVID-19 hospitalisés en service de médecine
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03682859
Introduction : la COVID-19 s’est révélée être une maladie d’expression polymorphe, tant par sa présentation clinique que sa durée. L’OMS parle de COVID long en cas de persistance de symptômes au-delà de 2 mois. On parle de syndrome post-COVID dès lors que des symptômes persistent au-delà de 4 semaines. A ce jour, il y a peu d’études décrivant ce syndrome post-COVID et ses facteurs de risque. L’équipe du Pr VILLANI a proposé à partir de janvier 2021 un suivi en consultation systématique à 1 mois /- 3 mois après la sortie d’hospitalisation afin de dépister les patients à risque de COVID long pour leur proposer une prise en charge adaptée. L’objectif principal de cette étude est d’identifier les facteurs associés à la présence de symptômes prolongés chez les patients hospitalisés afin de pouvoir initier en médecine de ville une prise en charge visant à améliorer la récupération et limiter le risque de COVID long. Matériel et méthode : nous avons procédé à l’étude rétrospective des dossiers médicaux des patients hospitalisés dans l’unité du Pr VILLANI sur les périodes où l’unité a été convertie en unité « COVID » entre le 1er janvier et le 15 septembre 2021. N’ont pas été inclus les patients pour lesquels des mesures de limitations et arrêts de thérapeutique(s) active(s) ont été indiqués dès l’admission. A 1 mois /- 3 mois, les patients étaient évalués de façon standardisée pour apprécier la persistance de symptômes et une évaluation de leur qualité de vie était réalisée. Les données socio-démographiques, cliniques, les résultats de l’imagerie thoracique et de la biologie et les traitements reçus ont été recueillis ainsi que les données clinico-biologiques du suivi. Résultats : 411 patients, 69 16,53 ans, ont été inclus. Trois cent cinquante-cinq (85,6%) ont bénéficié d’une oxygénothérapie dont 49,9% à haut débit et 59 (14,4%) sont passés en réanimation. Sur les 351 patients sortis vivants d’hospitalisation, 215 (61,3%) ont été revus à 1 mois et 98 patients sur les 215 (45,6%) à 3 mois. A 1 mois, 170 patients soit 80,2% des patients évaluables présentaient un syndrome post-COVID : 72,9% des patients rapportaient une dyspnée persistante, 50% une asthénie, 30% des douleurs, 29,4% une toux et plus de 20% des troubles du sommeil, de l’humeur et des troubles de la mémoire. Une comorbidité psychiatrique (OR 13,54, 95%CI 1,12-2027,65) et l’indication d’une antibiothérapie dès l’admission (OR 6,59, 95%CI 2,38-22,13) sont significativement associées à un risque accru de syndrome post-COVID. [...]
2022
false
false
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
COVID-19
thèse ou mémoire
patients
caractéristiques de la population
hospitalisation
hospitalisation
Médecins
médecine
biologie
COVID-19
a comme patient
Biologie
maladie
Biologie

---
N2-AUTOINDEXEE
Risques d’hospitalisation et de décès en lien avec la COVID-19 chez les personnes avec une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA)
https://www.inesss.qc.ca/covid-19/services-sociaux/risques-dhospitalisation-et-de-deces-en-lien-avec-la-covid-19-chez-les-personnes-avec-une-deficience-intellectuelle-di-ou-un-trouble-du-spectre-de-lautisme-tsa.html
Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a souhaité explorer les impacts de la pandémie de COVID-19 chez les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA). L’INESSS a donc réalisé une analyse des données clinico-administratives du Québec quant aux risques d’hospitalisation ou de décès par la COVID-19 chez les personnes ayant une infection confirmée de SRAS-CoV-2 présentant une DI ou un TSA. De plus, une recension sommaire de la littérature scientifique a permis de faire un rapprochement avec la situation à l’international.
2022
INESSS - Institut national d'excellence en santé et en services sociaux
Canada
COVID-19
rapport
personnes handicapées mentales
hospitalisation
Personna +
personnes
Déficience intellectuelle
Déficience intellectuelle
Trouble du spectre autistique
Déficience intellectuelle
Déficience intellectuelle
Autisme
mort
risque
Décès
COVID-19
pensée autiste
hospitalisation
Décès
Déficience intellectuelle
infirmité
Déficience intellectuelle

---
N3-AUTOINDEXEE
Statut des personnes vaccinées, testées ou hospitalisées avec Covid-19
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/communique-de-presse/statut-des-personnes-vaccinees-testees-ou-hospitalisees-avec-covid-19
Ces données sont diffusées au niveau national, régional, par classe d’âge et sont mises à disposition sous forme de fichiers au format csv et téléchargeables également via une API. Ces fichiers ainsi que des graphiques complémentaires en format PDF sont disponibles sur le site data.drees de données ouvertes de la DREES. Données au niveau national Données par âge Données au niveau régional La DREES propose régulièrement des exploitations de ces données, cliquez ici pour en savoir plus.
2022
false
false
false
DREES - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
France
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
information scientifique et technique
Personna +
vaccination
Vaccine
Vaccins
Vaccine
vaccine
vaccination; médication préventive
Vaccination
test COVID-19
Vaccins
hospitalisation
vaccination
personnes
COVID-19
vaccin
hospitalisation

---
N3-AUTOINDEXEE
Altération de l’état général : quelles pathologies se cachent derrière ce motif d’hospitalisation pour la personne gériatrique ?
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03511135
L’objectif de notre étude est de rechercher chez le sujet gériatrique hospitalisé avec comme motif d’hospitalisation : altération de l’État Général (AEG), les pathologies retrouvées et leurs proportions. Nous avons réalisé une étude rétrospective, observationnelle, multicentrique portant sur les patients de plus de 75 ans admis dans les services de médecine d’aval des urgences MAU 1 et MAU 2 sur l’hôpital d’Instruction des Armées de Robert Picqué et de Court Séjour Gériatrique sur l’hôpital de la Maison de santé protestante Bagatelle entre le 01/09/18 et le 01/09/19, avec comme motif d’hospitalisation initial : AEG. Le critère de jugement principal était : la proportion en pourcentage des principaux types de pathologies et/ou problèmes psychosociaux et familiaux retrouvés au cours de la prise en charge hospitalière des patients dont le motif d’hospitalisation initial en gériatrie est : AEG. L’étude montre que les principales pathologies retrouvées étaient infectieuses à 38,8 %, oncologique à 14,09 %, cardiologique à 8,33 %, gériatrique à 7,55 % et neurologique à 6,52 %, soit 75,27 % des motifs d’AEG. Nous concluons d'après les résultats obtenus dans notre étude qu’un même motif qu’est l’ AEG peut se traduire chez nos malades par des pathologies extrêmement différentes, des cadres nosologiques extrêmement différents, mais également des gravités extrêmement différentes.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Pathologie
hospitalisation
Pathologie
Gériatres
Pathologie
Gériatrie
Pathologie
Pathologie
Pathologie
PATHOLOGIE
cachexie
pathologiste général
maladie
personnes
hospitalisation
Pathologie
postérieur
Gériatrie
Pathologie
cachexie
gériatrie
Personna +

---
N3-AUTOINDEXEE
Risques d’hospitalisation et projections des besoins hospitaliers
Analyses prévisionnelles
https://www.inesss.qc.ca/covid-19/risques-dhospitalisation-et-projections-des-besoins-hospitaliers.html
Les effets de la pandémie sur les hôpitaux préoccupent les dirigeants du système de santé et de services sociaux, ainsi que les autorités gouvernementales. Le Québec répond à cette préoccupation en consacrant une capacité de lits hospitaliers dédiés aux personnes atteintes de la COVID-19. Avec la reprise des activités économiques et sociales, le redémarrage et le maintien des services cliniques requis pour répondre aux besoins des autres clientèles, la capacité d’anticiper l’effet de l’évolution de l’épidémie sur les ressources hospitalières a pris toute son importance. C’est dans ce contexte que l’INESSS a reçu le mandat de mener des analyses prévisionnelles afin d’appuyer la planification et la gestion des capacités du réseau hospitalier au Québec. Depuis le 23 septembre, deux outils sont ainsi publiés de façon hebdomadaire en soutien aux décideurs ministériels et aux gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux :
2021
false
false
false
INESSS - Institut national d'excellence en santé et en services sociaux
Canada
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
pandémies
Analyse prévisionnelle
hôpitaux
capacité hospitalière
planification hospitalière
information scientifique et technique
besoins et demandes de services de santé
Appréciation des risques
hospitalisation
COVID-19

---
N2-AUTOINDEXEE
Surveillance des hospitalisations associées à la COVID-19 et autres virus respiratoires, saison grippale 2020-2021
https://www.inspq.qc.ca/publications/3171-hospitalisations-covid-grippe-2020-2021
L’objectif de ce rapport est de décrire les caractéristiques démographiques et cliniques des patients hospitalisés avec une infection respiratoire aiguë pendant la saison grippale 2020-21, et de distinguer les caractéristiques de ces patients selon le statut d’infection à la COVID-19. Chez les patients hospitalisés pour infection respiratoire aiguë (IRA) incluent dans ce projet de surveillance pendant la période coïncidant avec la 2e vague de COVID-19 (fin septembre 2020-début février 2021), le virus SRAS-CoV-2 a été détecté parmi un peu plus de deux patients sur cinq, soit 43 % et les autres virus respiratoires, tous ensemble, ont été détectés dans une plus faible proportion ( 5 %). Les hospitalisations pour IRA chez les enfants étaient peu nombreuses ( 5 % de tous les patients hospitalisés) et ont été caractérisées par l’absence d’infection COVID-19 et par la détection des autres virus respiratoires chez environ un enfant sur deux, soit 45 %.
2021
false
false
false
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
rapport
virus
COVID-19
Betacoronavirus
virus
virus grippal
COVID-19
saisons
Virus
virus satellites
hospitalisation
organisation et administration
Virus
Virus
hospitalisation

---
N2-AUTOINDEXEE
En 2020, le nombre de séjours hospitaliers hors Covid-19 a diminué de 13 % par rapport à 2019
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/publications/etudes-et-resultats/en-2020-le-nombre-de-sejours-hospitaliers-hors-covid-19-diminue-de
En 2020, 10,4 millions de personnes ont été hospitalisées en court séjour, dont environ 2 % pour la Covid-19. Cela correspond à 15,9 millions de séjours. Le nombre de séjours hospitaliers hors Covid-19 diminue de 13 % par rapport à 2019. Cette baisse inédite du nombre de séjours est davantage concentrée sur la première vague de l’épidémie (-52,9 %). Elle n’est pas uniforme géographiquement, puisque les régions de l’est et du nord de la France, plus touchées lors de la première vague, ont connu une diminution plus importante que les autres.
2021
DREES - Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
France
rapport
téméfos
COVID-19
hospitalisation
hôpital
dû à
rapport de recherche
Hôpitaux
rapport albumine/globuline
COVID-19
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
hôpitaux

---
N1-SUPERVISEE
Etude sur les facteurs de risques d’hospitalisation et de décès pour Covid 19 lors de la deuxième vague de 2020
https://ansm.sante.fr/actualites/etude-sur-les-facteurs-de-risques-dhospitalisation-et-de-deces-pour-covid-19-lors-de-la-deuxieme-vague-de-2020
Réalisée à partir des données du Système national des données de santé (SNDS)[1], cette étude porte sur une cohorte de près de 67 millions de personnes, soit l’intégralité de la population française et couvre la période du 1er octobre 2020 au 15 décembre 2020. Durant ces deux mois et demi, un peu plus de 88 940 patients sans antécédents d’hospitalisation pour Covid-19 ont été hospitalisés en raison de ce virus, dont 16 894 en sont décédés à l’hôpital. Cette nouvelle étude montre à pathologie, âge et sexe identiques une diminution globale de la mortalité hospitalière entre la 1ère et la 2ème vague. Cette baisse, qui confirme l’amélioration des soins à l’hôpital pour Covid-19, est observée dans toutes les tranches d’âges. La diminution de la mortalité à l’hôpital était particulièrement importante chez les patients plus jeunes. Elle était ainsi de 40% pour les 30-59 ans, 30% pour les 60-64 ans, de 25% pour les 65-69 ans, de 17% pour les 70-74 ans, 14% pour les 75-79 ans et de 9% pour les 80-84 ans. Les personnes hospitalisées lors de la 2ème vague étaient nettement plus âgées que celles admises à l’hôpital au cours de la 1ère vague, témoignant probablement d’un meilleur accès à l’hospitalisation et d’une meilleure identification des facteurs de risque à l’admission : les 75 ans et plus représentaient 47 % des patients hospitalisés durant la 2ème vague, contre 39 % pendant la 1ère. Inversement, les 30 - 59 ans représentaient 21 % des hospitalisations lors de la 2ème vague contre 30 % durant la 1ère...
2021
false
false
false
ANSM - Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
France
français
rapport
hospitalisation
facteurs de risque
COVID-19
COVID-19
France
enquête santé
adulte
sujet âgé
jeune adulte
facteurs sexuels
mortalité

---
N3-AUTOINDEXEE
Faisabilité et efficacité de la télésurveillance des personnes âgées de plus de 80 ans après hospitalisation pour insuffisance cardiaque: revue systématique
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03276847
L'insuffisance cardiaque (IC) est associée à une mortalité élevée chez les sujets âgés de plus de 80 ans. Elle génère pour cette population un nombre croissant d'hospitalisations et un fort taux de réadmissions. Améliorer le suivi de l'IC par télésurveillance pourrait contribuer à réduire la mortalité et diminuer les hospitalisations. L'objectif de cette revue est de déterminer l'efficacité de la télésurveillance de l'IC pour cette tranche d'âge. Les études ont été extraites à partir des bases de données PUBMED et SCOPUS. Les essais contrôlés randomisés (ECR) inclus ont comparé l'efficacité d'un système de télé-suivi dans l'IC des sujets âgés de plus de 80 ans (ou pris en charge en gériatrie aigüe) à celle d'un suivi plus standardisé. Sur les 3288 études extraites, 3 ECR ont répondu aux critères d'inclusion et d'exclusion. La méta-analyse réalisée objective une réduction significative de la mortalité (RR 0,53 IC95% [0,31 – 0,91]) et de la survie sans évènement (RR 0,65 IC95% [0,49 – 0,88]). Enfin, il existe une tendance forte vers la diminution des réadmissions toutes causes (RR 0,81 IC95% [0,64 – 1,01]). Il s'agit de la première revue systématique s'intéressant au télé-suivi des sujets âgés insuffisants cardiaque de plus de 80 ans, cumulant plusieurs comorbidités. Elle met en évidence une amélioration significative de la morbi-mortalité par la télésurveillance. Les facteurs de fragilité tels que le déclin cognitif sont davantage intégrés dans le développement de la télésurveillance de l'IC.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
classification
insuffisance
Systématique
PERSONNE AGEE
personne âgée
Rendement
sujet âgé de 80 ans ou plus
sujet âgé
Revue systématique
Systématique
télémédecine
Systématique
hospitalisation
Systématique
hospitalisation

---
N2-AUTOINDEXEE
Estimation de l’efficacité des vaccins contre la COVID-19 sur les hospitalisations dues à une infection respiratoire aiguë sévère (IRAS) associée à une infection par le SARSCoV-2 confirmée en laboratoire
Évaluation à l’aide de la méthodologie du test négatif
https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/342637/WHO-EURO-2021-2481-42237-59012-fre.pdf
Bien des questions fondamentales demeurent quant à l’efficacité des vaccins contre la COVID-19 en situation réelle. Seules des études sur l’efficacité des vaccins menées après leur introduction peuvent y apporter des réponses. Le présent document d’orientation propose une approche permettant d’exploiter les systèmes de surveillance des infections respiratoires aiguës sévères (IRAS) existants en vue d’estimer l’efficacité des vaccins contre la COVID-19 dans la prévention des IRAS associées à une infection par le SARS-CoV-2 confirmée en laboratoire. Cette approche utilise la méthodologie du test négatif pour évaluer l’efficacité des vaccins ; les cas sont des patients atteints d’une IRAS chez qui la recherche du SARS-CoV-2 s’est avérée positive, et les témoins sont des patients atteints d’une IRAS chez qui la recherche du SARS-CoV-2 s’est avérée négative.
2021
OMS - Organisation Mondiale de la Santé
Suisse
COVID-19
vaccins contre la COVID-19
rapport
vaccination; médication préventive
laboratoires
hospitalisation
Infection respiratoire
Vaccins
efficacité du vaccin
Méthodologie
infections de l'appareil respiratoire
ESTIMA
estimateur
Vaccine
vaccination
vaccine
analyse de laboratoire
études d'évaluation comme sujet
COVID-19
vaccin
Méthodologie d'évaluation
associé à
Méthodologie
vaccination
sévère
Méthodologie
infections
maladie infectieuse aiguë
hospitalisation
Respect

---
N2-AUTOINDEXEE
Hospitalisations pour Covid-19 en Île-de-France
Déterminants socio-spatiaux de la morbidité sur la période de mars à mai et octobre à décembre 2020
https://www.ors-idf.org/nos-travaux/publications/hospitalisations-pour-covid-19-en-ile-de-france/
À partir des données d’hospitalisation du PMSI-MCO, cette étude décrypte les inégalités socio-spatiales de morbidité face à la Covid-19 à partir des caractéristiques liées aux patients hospitalisés pour Covid-19 en Île-de-France. Il s’agit ici d’appréhender les différences de morbidité hospitalière à des niveaux infradépartementaux. Les taux d’hospitalisation et de réanimation sont analysés en comparant les évolutions à l’échelle communale au cours des deux périodes considérées.
2021
ORS Ile-de-France
France
COVID-19
rapport
Périodique
hospitalisation
mars
Paris
morbidité
hospitalisation
français
France

---
N2-AUTOINDEXEE
Mesures d'adaptation à prendre lors d'un isolement dans le contexte de la pandémie en RAC, URCI, foyers de groupes, internats, RI-RTF jeunesse, milieux de réadaptation et hospitalisation en santé mentale
Directive COVID-19
https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-003052/
Mesures d’adaptation à prendre lors d’un isolement dans divers milieux de vie, de soins et de réadaptation dans le contexte de la pandémie de COVID-19 afin de préserver l’autonomie de l’usager et d’éviter un déconditionnement mental, cognitif et physique.
2021
MSSS - Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Canada
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
recommandation de santé publique
leadership
Adaptation
réadaptation fonctionnelle
Jeunesse
adolescence
isolement
Directives
Santé mentale
hospitalisation
Calcification de la valvule aortique
adolescent
Santé mentale
pandémies
adaptation
Réadaptation
Santé mentale
groupes de population
hospitalisation
Mesures
poids et mesures
environnement
Réadaptation psychiatrique
Réadaptation
directives
santé mentale
sténose aortique
calcinose
valve aortique
COVID-19

---
N3-AUTOINDEXEE
Femmes enceintes hospitalisées en réanimation: épidémiologie, pronostic, facteurs de risque. Étude multicentrique rétrospective sur 6 ans au CHU à Marseille
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03207859
Objectif : déterminer le profil épidémiologique, le diagnostic principal d’admission et l’évolution des patientes enceintes ou dans le postpartum, admises dans sept services de réanimation à Marseille. Patients et Méthodes : il s’agit d’une étude transversale descriptive rétrospective portant sur 165 hospitalisations de femmes enceintes dans les services de réanimations des trois Centre Hospitalo-Universitaires de Marseille hôpitaux de la Timone (Réanimation Polyvalente, des pathologies Cardio-Vasculaires, des Urgences Médicales, des pathologies du Foie), de la Conception (réanimation des Brûlés) et Nord (Réanimation Polyvalente et Traumatologique, des Détresses Respiratoires et Infections Sévères), du 1er janvier 2015 au 1er janvier 2021. Les paramètres analysés étaient le terrain et les antécédents notables, les données sur la grossesse actuelle, le motif d’hospitalisation et la morbi-mortalité maternelle et fœtale.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
épidémiologie
facteur de risque
Epidémiologie
Abcès du canal rachidien
hospitalisation
Epidémiologie
Epidémiologie
études rétrospectives
pronostic
femmes enceintes
hôpitaux universitaires
Epidémiologie
Epidémiologie
hospitalisation
étude multicentrique
pronostic
études multicentriques comme sujet
grossesse
facteurs de risque

---
N3-AUTOINDEXEE
Choc septique : incidence, mortalité et taux de ré hospitalisation dans les réanimations Françaises, une étude de cohorte nationale
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03199417
Introduction : le choc septique est à l’origine d’une importante morbi-mortalité et son incidence est en hausse dans le monde entier. Son évolution au cours des dernières années et les actions pour améliorer ces résultats restent peu clairs. L’objectif de cette étude était de déterminer l’incidence et la mortalité du choc septique et les facteurs de risques de mortalité associés chez les patients en réanimation. Nous avons également déterminé le taux de réadmission après la sortie de l’hôpital. Matériel et méthodes: étude de cohorte rétrospective de tous les patients adultes présentant un choc septique en réanimation en France du 1e janvier 2014 au 31 décembre 2018, en utilisant la base de données nationale des hospitalisations françaises. Les séjours en réanimation et le choc septique ont été définis par 2 méthodes de codage : soit directement avec un code de choc septique soit indirectement avec une combinaison de codes correspondant à une infection sévère (sepsis ou bactériémie) associé à l’utilisation de vasopresseurs. Les principaux résultats étaient l’incidence du choc septique et la mortalité à 30, 90 et 365 jours. Le résultat secondaire secondaire était les réadmissions à l’hôpital toutes causes confondues à 30, 90 et 365 jours après la sortie de l’hôpital. Résultats : 187 587 épisodes de choc septique ont été identifiés. L’incidence du choc septique ajustée selon l’âge et le sexe pour 100 admissions en réanimation a augmenté de 6,5% à 6,8% (p 0,001), tandis que le taux de mortalité ajusté selon l’âge et le sexe a diminué de 47,3% à 44,5% (p 0,001). Le taux de réhospitalisation a atteint 65% à 365 jours après l’admission en réanimation. L’augmentation de l’âge, le score de Charlson, une défaillance d’organe et une hospitalisation antérieure étaient associés à la mortalité à 90jours. En revanche, un germe identifié et un délai d’admission rapide en réanimation étaient des facteurs protecteurs. Conclusion : notre étude a révélé une augmentation faible mais significative de l’incidence et une diminution de la mortalité du choc septique. L’identification du pathogène et l’admission rapide en réanimation étaient associés à de meilleurs résultats. Le taux de réadmission à l’hôpital a augmenté suggérant que le processus de réhabilitation peut encore être amélioré.
2021
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
réanimation
incidence
Choc
ré-hospitalisation
Hospitalisation
choc septique
études de cohortes
mortalité
Taux de mortalité
choc septique
réadmission du patient
hospitalisation

---
N3-AUTOINDEXEE
Epidémie de Covid‐19 Critères d’admission en chambre double dans les services de pédiatrie
Organisation de la présence des parents accompagnant dans les services d’hospitalisation pédiatrique
http://aphp.aphp.fr/wp-content/blogs.dir/268/files/2021/02/Chambres-doubles-pediatrie_v1.pdf
Le port du masque est systématique pour : - tous les professionnels en toutes circonstances - tous les enfants de plus de 6 ans qui peuvent le supporter (en sortant de leur chambre, en chambre double, en hôpital de jour, en consultation) - tous les parents ou représentants légaux - tous les visiteurs. La friction hydro‐alcoolique des mains est réalisée par les personnels avant et après chaque contact avec un patient ou son environnement et régulièrement par les parents (ou représentants légaux) avant d’entrer et de sortir de la chambre.
2021
AP-HP - Assistance Publique - Hôpitaux de Paris
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
enfant
information scientifique et technique
organisation
Service des admissions
pédiatre
hospitalisation
Organisation
hospitalisation
parent
Épidémies
Pédiatres
double
pédiatrie
service hospitalier des admissions
Organisation
Épidémies de maladies
parents
épidémies
pandémies
COVID-19

---
N2-AUTOINDEXEE
Hospitalisations pour Covid-19 au 1er semestre 2020 chez les personnes traitées pharmacologiquement pour un diabète en France
http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2021/Cov_4/2021_Cov_4_1.html
Introduction – Le diabète a été identifié comme un facteur de risque de formes graves de la Covid-19. L’objectif de notre étude était d’analyser l’ensemble des hospitalisations pour Covid-19 chez les personnes diabétiques à partir du Système national des données de santé (SNDS) et d’en décrire les principales caractéristiques et les variations territoriales. Méthodes – Les personnes diabétiques traitées pharmacologiquement résidant en France (hors Mayotte) ont été identifiées par la délivrance d’un traitement antidiabétique à au moins trois dates différentes (deux si au moins un grand conditionnement délivré) au cours de l’année 2019. Les séjours avec un diagnostic confirmé de Covid-19 ont été identifiés par un diagnostic principal, relié ou associé codé U07.10, U07.11, U07.12, U07.14 ou U07.15. Les séjours de moins d’une journée ont été supprimés, à l’exception des séjours au cours desquels un décès a eu lieu. Les séjours en unité de réanimation, soins intensifs et soins de surveillance continue (Ursic) ont été identifiés à partir des unités médicales 01A, 01B, 02A, 02B, 03A, 03B, 13A, 13B, 14A, 14B, 18.
2021
SPF - Santé publique France
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
article de périodique
Personna +
hospitalisation
France
diabète
France
France
personnes
Pharmacologie
français
traitement médicamenteux
pharmacologiste
France
hospitalisation
Fracture intertrochantérienne
France
Diabète
pharmacologie
pandémies
COVID-19

---
N3-AUTOINDEXEE
Effet de l’entretien prénatal pédiatrique sur l’anxiété maternelle au cours d’une hospitalisation en Grossesses Pathologiques avec risque d’accouchement prématuré
http://www.sudoc.fr/252779304
Introduction : Une hospitalisation pendant la grossesse est un facteur de stress et d’anxiété. Peu d’études se sont intéressées à l’effet de l’entretien prénatal pédiatrique (EPNP) sur l’anxiété maternelle. Objectifs : Evaluer l'effet de l’EPNP sur l'anxiété maternelle lors d’une hospitalisation avec risque d’accouchement prématuré en mesurant l’évolution du score d’anxiété STAI avant et après EPNP. Matériel et méthodes : Etude pilote prospective descriptive réalisée dans le service de Grossesses Pathologiques du CHU de Dijon de janvier à juillet 2020, sur une base de questionnaires: score d’anxiété STAI, questionnaires médecin et patiente. Résultats : L’étude a inclus 38patientes. L’anxiété était plutôt faible chez ces femmes mais n’évoluait pas selon un schéma prédéfini: il a été impossible d’évaluer l’effet de l’EPNP. L’analyse des thèmes abordés en entretien a retrouvé des profils caractéristiques correspondant aux attentes maternelles: patientes cherchant de la réassurance, des informations médicales, ou un contact avec un pédiatre et des informations pratiques. Les patientes à un âge gestationnel faible semblaient plus chercher de la réassurance. Conclusion : Cette étude apporte des informations pertinentes concernant les attentes maternelles, en particulier selon le terme au moment de l’EPNP. Il serait intéressant d’approfondir l’intérêt de la personnalisation de l’EPNP.
2021
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Pathologie
Hérédité maternelle
maladies du prématuré
Grossesse
grossesse à haut risque
humeur anxieuse
grossesse
Entretien
Pathologie
pédiatre
Pathologie
Accouchement prématuré
hospitalisation
hospitalisation
Risque
Pédiatres
grossesse
Pathologie
éducation prénatale
Pathologie de l'accouchement
Pathologie
Pathologie
anxiété
mère
accouchement prématuré
PATHOLOGIE
Pathologie
entretiens comme sujet
pédiatrie
Travail obstétrical prématuré
anxiété
Pathologie
anxiete

---
N3-AUTOINDEXEE
Epiphare. Maladies chroniques, états de santé et risque d’hospitalisation et de décès hospitalier pour COVID-19 (66 millions de personnes en France)
https://splf.fr/wp-content/uploads/2021/02/Epiphare-Maladies-chroniques-Etat-de-sante-et-risque-hospitalisation-et-de-deces-hospitalier-pour-COVID-19-66-millions-de-personnes-en-France-Mis-en-ligne-le-09-02-21.pdf
Contexte : Dès le début de la pandémie de COVID-19, l’âge principalement, le genre masculin et diverses comorbidités ont été associés à des formes sévères de COVID-19. Objectif : Connaître sur des données françaises les facteurs de risques médicaux et socio-économiques associés au risque d'hospitalisation pour COVID-19 et à celui de décès hospitalier. Méthode : En France le SNDS, avec tous les remboursements et prestations de l’assurance maladie et les données hospitalières du PMSI, permet d’estimer les risques d’environ cinquante maladies ou états de santé pour l’hospitalisation pour motif principal ou relié au COVID-19 et le décès à l'hôpital pour COVID-19. Une cohorte a été constituée de toutes les personnes vivantes au 15/02/2020 et ayant eu au moins une prestation de soin remboursée dans l’année précédente. Des modèles de Cox à risques proportionnels ont été utilisés pour estimer par des hasards ratios (HR) les associations entre chaque comorbidité et le risque d’hospitalisation ou de décès pour COVID-19. Ces associations ont été réalisées avec ajustement sur l’âge et le sexe, puis avec ajustement multivarié incluant toutes les variables (hasards ratios ajustés HRa).
2021
SPLF - Société de Pneumologie de Langue Française
France
pneumopathie virale
infections à coronavirus
COVID-19
rapport
Maladie chronique
France
Malade chronique
Acrokératose papuleuse inversée
français
état de santé
France
Décès
hospitalisation
France
France
France
produits dangereux
mort
Risque
maladie chronique
hôpitaux
Personna +
hospitalisation
Décès
maladie chronique
Maladies
hôpital
personnes
risque
pandémies
COVID-19

---
N1-SUPERVISEE
Publication d’une vaste étude réalisée sur 66 millions de personnes sur les facteurs de risque associés à l’hospitalisation et au décès pour Covid-19
https://www.ansm.sante.fr/actualites/publication-dune-vaste-etude-realisee-sur-66-millions-de-personnes-sur-les-facteurs-de-risque-associes-a-lhospitalisation-et-au-deces-pour-covid-19
Le groupement d’intérêt scientifique (GIS) Epi-Phare, constitué par la Cnam et l’ANSM, a réalisé une analyse quasi-exhaustive des données de la population française, soit plus de 66 millions de personnes, afin d’identifier les maladies chroniques et des facteurs tels que l’âge ou le genre susceptibles de présenter un sur-risque d’hospitalisation ou de décès pour Covid-19. Réalisée à partir des données du SNDS, cette étude de cohorte est l’une des plus vastes jamais réalisée en population générale. Portant sur la première vague de l’épidémie (du 15 février au 15 juin 2020), elle étudie le lien entre 47 maladies chroniques et le risque de développer une forme sévère de la Covid-19. Durant cette période, ce sont un peu plus de 87 800 personnes qui ont été hospitalisées pour cette pathologie, dont 15 660 en sont décédées à l’hôpital...
2021
false
false
false
ANSM - Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
France
français
rapport
risque
Appréciation des risques
hospitalisation
sujet âgé
facteurs de risque
maladi