Libellé préféré : Cannabis;

substance (CISMeF) : O;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N3-AUTOINDEXEE
Consommation de cannabis chez les patients suivis pour une maladie de Verneuil: étude VerAddict
http://www.sudoc.fr/235343234
Les événements indésirables associés aux soins, leur identification et leur explication devraient constituer un élément clé dans la formation de tout professionnel de santé. L'objectif de cette étude transversale était d'analyser l'expérience d'événement indésirable associé aux soins chez les internes de médecine générale de Lyon au travers du questionnaire Second Victim Experience and Support Tool (SVEST). Le SVEST est un questionnaire dont la fiabilité et la validité ont été démontrées en langue anglaise pour l'évaluation de l'expérience de seconde victime chez les soignants et traduit selon les recommandations ISPOR en langue française en 2017(5). Le questionnaire a été présenté aux internes de médecine générale de Lyon. 212 internes sur 249 soit 85 % ont été exposés au cours de leur cursus à un événement indésirable associé aux soins. 98 événements ont été responsables de dommages pour le patient dont 27 avec séquelles. 17 incidents ont entraîné le décès du patient. Les conséquences de ces événements sont essentiellement psychologiques : mal-être (78%), appréhension quant à la survenue d'autres événements (67%), culpabilité (62%). Le soutien des collègues s'avère être un élément indispensable pour 79% des internes. 66,5% considèrent que leurs amis et leur famille constituent aussi un soutien pour les aider à surmonter leur difficulté au cours de ces situations. 99 internes estiment que leurs compétences professionnelles sont insuffisantes, 81 internes s'interrogent sur le fait d'être réellement un bon soignant et 27 internes sur 249 ont déjà envisagé de changer de profession. 66% estiment que leur structure, à savoir l'hôpital et le collège universitaire de médecine générale ne témoignent pas beaucoup d'intérêt pour leur bien-être lors de ces situations et 60% estiment qu'aucun moyen ne leur est proposé pour les aider à surmonter l'impact dans ces situations. Cette étude révèle l'importance de l'expérience de seconde victime chez les internes en médecine, les soutiens qu'ils utilisent pour surmonter ces évènements et l'absence de prise en charge par leur structure (hôpital, CUMG). Il apparait indispensable de sortir d'une culture de la faute et d'une idéalisation du soin et des soignants. L'accent doit être mis sur la reconnaissance et le dépistage des secondes victimes lors d'un évènement indésirable. Une définition claire de l'EIAS mais surtout l'introduction de la notion de Seconde Victime chez les internes, professionnel de santé en devenir, a pour objectif principal une augmentation de la culture de sécurité des soins pour le patient.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Cannabis
a comme patient
Fumer de la marijuana
Maladie
études de suivi
Maladies
maladie
Maladies
cannabis
continuité des soins
Maladie
cannabis
maladie

---
N2-AUTOINDEXEE
Utilisation médicale du cannabis pour la sécheresse oculaire
https://www.cos-sco.ca/wp-content/uploads/2020/08/MedUseCannabisDryEye-COS_CCEDRSS_e.pdf
La valeur clinique du cannabis dans l’atténuation des symptômes de la sécheresse oculaire (syndrome de l’oeil sec) est limitée à l’heure actuelle en raison d’un manque de preuves cliniques. La Société canadienne d’ophtalmologie n’appuie pas l’utilisation du cannabis à des fins médicales pour le traitement de la sécheresse oculaire ou des symptômes de douleur qui y sont associés, en raison de ses effets secondaires indésirables, y compris les symptômes de sécheresse oculaire s’il est fumé, et de l’absence actuelle de preuves scientifiques démontrant un effet bénéfique. D’autres modalités de traitement moins nocives fondées sur des données probantes sont disponibles pour la sécheresse oculaire et ses symptômes associés.
2019
false
false
false
SCO - Société Canadienne d'Ophtalmologie
Canada
information scientifique et technique
Sécheresse oculaire
Cannabis
syndromes de l'oeil sec
sécheresse de l'oeil
marijuana médicale
Sécheresses
cannabis

---
N3-AUTOINDEXEE
Quelle est la fréquence et l'influence des freins à la déclaration d'une consommation de cannabis chez des patients ayant un usage problématique actuel ou ancien
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02094402/document
Introduction : l’usage problématique du cannabis est un usage susceptible d’induire des dommages sanitaires et sociaux importants pour soi ou pour autrui. En 2017, il concernait 7,4% des jeunes de 17 ans et près d’1,2% de la population entre 15 et 64 ans. Un repérage précoce de ce type d’usage est donc essentiel pour limiter le risque de complications, d’autant que les interventions brèves et les entretiens motivationnels ont montré leurs efficacités pour transformer les pratiques de consommations des usagers. Cette étude avait pour but de déterminer les freins les plus fréquents et les plus influents dans la déclaration d’un usage problématique du cannabis au corps médical. Méthode : un auto-questionnaire a été envoyé à 168 structures d’addictologie française et diffusé sur le réseau social Facebook entre Mai et Septembre 2018. Le critère d’inclusion était une consommation actuelle ou ancienne de cannabis. Le critère d’exclusion était l’absence d’usage problématique. Les résultats ont été traité par une méthode d’analyse structurale et un test Χ2 était effectué pour rechercher des relations significatives. Résultats : l’échantillon global comportait 193 personnes répartis en deux groupes : repéré et non repéré. 54% de l’échantillon n’avait jamais été repéré. Le retard au repérage concernait 75% du groupe repéré et était en moyenne de plus de 5 ans. Les freins les plus influents, étaient « pas besoin d’aide », « manque de connaissance du médecin », « pas assez proche du médecin », « peur du jugement du médecin » et « c’est illégal » qui était significativement plus important chez les moins de 25 ans. Discussion – Conclusion : l’absence de repérage ou le retard au repérage importants mis en évidence rappelle la nécessité de systématiquement poser la question de la consommation de cannabis chez les jeunes. Les freins les plus influents identifiés dans l’étude rappellent l’importance des campagnes d’information et de prévention, d’une distance thérapeutique bien ajusté, de la formation des médecins sur le cannabis et ses effets, ainsi que d’avoir une attitude de neutralité bienveillante vis-à-vis des patients. Le rôle important de l’illégalité comme frein à la déclaration de la consommation montre que les politiques de prohibition et de répression sont contre-productives en termes de santé publique.
2018
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Fumer de la marijuana
patients
enregistrements
Cannabis
cannabis
frein
a comme patient
cannabis

---
N2-AUTOINDEXEE
Utilisation médicale du cannabis pour le glaucome
https://www.cos-sco.ca/wp-content/uploads/2020/08/MedUseCannabisGlaucoma-COS_CGS.pdf
2018
false
false
false
SCO - Société Canadienne d'Ophtalmologie
France
information scientifique et technique
glaucome
glaucome
glaucome
glaucome
médical
Cannabis
Glaucome
marijuana médicale
cannabis
cannabis

---
N2-AUTOINDEXEE
Cannabis à usage médical : pas miraculeux, mais une option thérapeutique valable
http://www.spectra-online.ch/fr/spectra/themes/cannabis-a-usage-medical-pas-miraculeux-mais-une-option-therapeutique-valable-696-10.html
Cannabis à usage médical. L’utilisation du cannabis à des fins médicales suscite un grand intérêt, et le nombre d’autorisations exceptionnelles octroyées par l’OFSP a constamment augmenté ces dernières années. Pour comprendre quand et pour qui le cannabis est efficace, spectra a rencontré l’infirmière Bea Goldman. Celle-ci soigne depuis des années des patients gravement malades qui utilisent des produits à base de cannabis. Elle nous a fait part de ses expériences tirées de la pratique.
2018
false
false
false
OFSP - Office Fédéral de la Santé Publique
Suisse
français
information scientifique et technique
Usages médicaux
Thérapeutiques
Pression systolique
Thérapeutique
cannabis
Thérapeutique
dû à
médical
Cannabis
marijuana médicale
relations interprofessionnelles
pression sanguine
thérapeutique
cannabis

---
N3-AUTOINDEXEE
Consommation de cannabis et son impact en milieu professionnel : enquête chez les travailleurs consultant en cabinet de Médecine Générale dans le Var
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02094254/document
Introduction : le cannabis est la troisième substance psychoactive (SPA) consommée en France. Son usage augmente ces dernières années en France chez les travailleurs, et questionne sur les risques que cela peut engendrer en terme de performances des organisations et de sécurité au travail, mais également sur les liens éventuels de causalité entre travail et consommation de cannabis. D’autre part peu d’études se sont intéressées à la perception des travailleurs du cannabis en milieu professionnel. Il nous a paru pertinent d’étudier la perception des travailleurs usagers et non usagers de l’impact du cannabis sur leurs milieux de travail. Matériels et méthodes : il s’agit d’une enquête descriptive multicentrique par auto-questionnaires anonymes disposés dans 5 cabinets de médecine générale du Var d’aout à octobre 2017 incluant les travailleurs âgés de 18 à 65 ans consultant en cabinet de médecine générale. Résultats : l’étude a inclus 312 participants, avec un taux de participation à 97%. Près d’un tiers des participants déclarait être préoccupé par le cannabis dans leurs milieux de travail et se sentir en danger, avec une inquiétude significativement supérieure chez les non-fumeurs de cannabis. Plus d’un quart des actifs usagers de cannabis attribuaient tout ou partie de leur consommation à leur travail, le stress étant la raison la plus citée. Les principaux effets recherchés étaient alors la relaxation, une aide pour le sommeil et un effet déstressant. L’usage de cannabis avait des effets négatifs sur le travail pour 29,5% des consommateurs. Les principaux effets décrits étaient le manque de motivation et les difficultés de concentration et de mémorisation. Conclusion : la consommation de cannabis en milieu professionnel est une problématique qui ne concerne pas uniquement les fumeurs de cannabis, et qui peut être une source de risque psychosocial. L’élaboration d’actions d’informations collectives concernant l’ensemble des travailleurs est à promouvoir, en particulier pour ceux occupant des postes à risque. Une amélioration des connaissances sur le lien entre consommation de cannabis et travail permettrait une meilleure prise en charge individuelle des travailleurs fumeurs de cannabis.
2018
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
consultants
collecte de données
Médecins
cannabis
enquêteur
Fumer de la marijuana
Cannabis
médecine générale
cannabis

---
N3-AUTOINDEXEE
Étude de prévalence de la consommation d'alcool, de tabac et de cannabis chez 700 femmes enceintes : étude GTOX
http://www.theses.fr/2017USPCB111
Introduction : Les études internationales déjà réalisées montrent que la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis pendant la grossesse peut entraîner des conséquences graves sur la grossesse, le nouveau-né et à plus long terme, sur l’enfant. Les chiffres de prévalence de ces consommations sont souvent sous évalués en France comme dans le monde. Cette étude est la première étude de prévalence en France où on a réalisé un couplage entre les données déclaratives par la mère et les dosages toxicologiques dans le méconium du nouveau-né. Objectifs de l’étude : (1) Établir la prévalence de la consommation de tabac, d’alcool et de cannabis chez la femme enceinte en couplant des dosages biologiques (cotinine, marqueur du tabac ; 11-nor- Δ9-carboxy-tétrahydrocannabinol (THC-COOH), marqueur du cannabis et Ethyl Glucuronide (EtG), marqueur de l’alcool) chez le nouveau-né (méconium) avec les données de l'interrogatoire chez la mère réalisé notamment avec l'Addiction Severity Index (ASI, questionnaire validé), (2) réaliser les concordances entre résultats biologiques et questionnaires chez la mère, (3) évaluer les facteurs de risques de consommation d’alcool, de tabac et de cannabis, (4) évaluer le profil des femmes qui poursuivent la consommation de tabac après la découverte de la grossesse. [...] De la même façon, la femme a plus de risque de poursuivre le tabac pendant la grossesse si son conjoint fume et il est diminué si elle a fait des études supérieures. Le fait d'avoir eu des périodes importantes pendant lesquelles il y a eu des conflits avec le partenaire de vie ou avec un parent proche augmente le risque de consommer de l'alcool pendant la grossesse. Ce risque est également augmenté lorsque la femme a été traitée avant la grossesse pour des problèmes psychologiques ou émotionnels. Nous n’avons pas trouvé de facteurs protecteurs pour la consommation d’alcool. L’analyse multivariée n’a pas pu être réalisée pour le cannabis au vu du manque de puissance. (...)
2017
theses.fr
France
thèse ou mémoire
Alcoolisme
(c) s.f.m.g. version 2001
alcool
alcool éthylique
Alcoolisme
nicotiana tabacum
Cancer du côlon sigmoïde
Usage de tabac
cannabis
consommation d'alcool
Alcoolisme
Fumer du tabac
études transversales
Études de prévalence
Cannabis
Fumer de la marijuana
grossesse
femmes enceintes
Fumer du tabac
cannabis

---
Nous contacter.
24/06/2021


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.