Libellé préféré : Addiction à la nourriture;

Synonyme CISMeF : Addiction alimentaire;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N3-AUTOINDEXEE
Etude de l'addiction au sport et des troubles du comportement alimentaire chez les cyclistes sur route
https://www.sudoc.fr/255276095
Objectif : déterminer la prévalence du risque de dépendance à l’exercice et de troubles du comportement alimentaire chez les cyclistes amateurs, en étudier les caractéristiques et un éventuel lien de causalité. Matériels et méthode : nous avons réalisé une étude épidémiologique observationnelle descriptive et transversale, concernant des cyclistes amateurs inscrits dans des clubs de la Fédération Française de Cyclisme. Les patients inclus étaient tous les cyclistes amateurs, quels que soient leur genre, âge, niveau de performance, licenciés ou non. Les critères d’évaluation principaux étaient le score de l’échelle francophone spécifique de la dépendance à l’exercice « EDS-R » et le score de l’échelle spécifique des troubles du comportement alimentaire « EAT26 » incluent dans un questionnaire en ligne. Les critères d’évaluation secondaires étaient la significativité statistique entre dépendance à l’exercice et troubles du comportement alimentaire mais également entre chacune de ces variables et les caractéristiques des coureurs (en termes de données anthropométriques, d’intensité d’entrainement, de niveau de pratique). Résultats : nous avons obtenu 718 réponses. L’échantillon était composé de 86.29% d’hommes et 13.71% de femmes ; proportions similaires à celles retrouvées auprès des effectifs de la FFC. Les résultats sur les critères principaux montraient un taux de 10.63% de cyclistes dépendants à l’activité physique d’après les critères de l’EDS-R et un taux de 12.73% de cyclistes présentant un trouble du comportement alimentaire d’après les critères de l’EAT26. L’étude retrouve par ailleurs un lien de causalité entre présence d’une dépendance à l’exercice et présence de troubles du comportement alimentaire. Les résultats sur les critères secondaires montrent un lien significatif entre dépendance à l’exercice et volume d’entrainement mais aussi entre présence de troubles du comportement alimentaire et sexe, niveau des cyclistes et volume d’entrainement. Les liens avec d’autres critères secondaires sont non significatifs. Conclusion : cette étude montre une forte prévalence du risque de dépendance à l’exercice mais également de troubles du comportement alimentaire auprès des cyclistes amateurs comparativement aux valeurs décrites en population générale. La dépendance à l’exercice physique majorant de façon significative le risque de développer un trouble du comportement alimentaire et inversement. Ces résultats sont à nuancer du fait de la variété des outils de dépistage existants et d’une littérature source de conclusions très hétérogènes.
2021
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
troubles liés à une substance
Trouble du comportement alimentaire
Sports
toxicomanie
Addiction
comportement
Comportement toxicomaniaque
cyclisme
Troubles du comportement
Troubles du comportement alimentaire
Comportement alimentaire
Troubles du comportement alimentaire
collecte de données
addictions
Addiction à la nourriture
troubles du comportement
Troubles du comportement alimentaire
Troubles du comportement alimentaire
sports
Comportement toxicomaniaque
troubles mentaux
comportement alimentaire

---
N3-AUTOINDEXEE
Étude de l'addiction au sport et des troubles du comportement alimentaire chez les cyclistes sur route
https://www.sudoc.fr/255648413
Objectif : déterminer la prévalence du risque de dépendance à l’exercice et de troubles du comportement alimentaire chez les cyclistes amateurs, en étudier les caractéristiques et un éventuel lien de causalité. Matériels et méthode : nous avons réalisé une étude épidémiologique observationnelle descriptive et transversale, concernant des cyclistes amateurs inscrits dans des clubs de la Fédération Française de Cyclisme. Les patients inclus étaient tous les cyclistes amateurs, quels que soient leur genre, âge, niveau de performance, licenciés ou non. Les critères d’évaluation principaux étaient le score de l’échelle francophone spécifique de la dépendance à l’exercice « EDS-R » et le score de l’échelle spécifique des troubles du comportement alimentaire « EAT26 » incluent dans un questionnaire en ligne. Les critères d’évaluation secondaires étaient la significativité statistique entre dépendance à l’exercice et troubles du comportement alimentaire mais également entre chacune de ces variables et les caractéristiques des coureurs (en termes de données anthropométriques, d’intensité d’entrainement, de niveau de pratique). Résultats : nous avons obtenu 718 réponses. L’échantillon était composé de 86.29% d’hommes et 13.71% de femmes ; proportions similaires à celles retrouvées auprès des effectifs de la FFC. Les résultats sur les critères principaux montraient un taux de 10.63% de cyclistes dépendants à l’activité physique d’après les critères de l’EDS-R et un taux de 12.73% de cyclistes présentant un trouble du comportement alimentaire d’après les critères de l’EAT26. L’étude retrouve par ailleurs un lien de causalité entre présence d’une dépendance à l’exercice et présence de troubles du comportement alimentaire. Les résultats sur les critères secondaires montrent un lien significatif entre dépendance à l’exercice et volume d’entrainement mais aussi entre présence de troubles du comportement alimentaire et sexe, niveau des cyclistes et volume d’entrainement. Les liens avec d’autres critères secondaires sont non significatifs. Conclusion : cette étude montre une forte prévalence du risque de dépendance à l’exercice mais également de troubles du comportement alimentaire auprès des cyclistes amateurs comparativement aux valeurs décrites en population générale. La dépendance à l’exercice physique majorant de façon significative le risque de développer un trouble du comportement alimentaire et inversement. Ces résultats sont à nuancer du fait de la variété des outils de dépistage existants et d’une littérature source de conclusions très hétérogènes.
2021
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Troubles du comportement alimentaire
Trouble du comportement alimentaire
Addiction à la nourriture
collecte de données
Troubles du comportement
troubles du comportement
Comportement toxicomaniaque
cyclisme
addictions
Addiction
comportement
Troubles du comportement alimentaire
Troubles du comportement alimentaire
troubles liés à une substance
Troubles du comportement alimentaire
Comportement alimentaire
toxicomanie
Sports
comportement alimentaire
sports
troubles mentaux
Comportement toxicomaniaque

---
N3-AUTOINDEXEE
Impact de l'addiction alimentaire chez le sujet obèse et influence du suivi
http://www.sudoc.fr/250998483
Evaluer l'évolution pondérale de patients en situation d'obésité sévère, selon la présence d'une addiction alimentaire ou non, trois ans après leur hospitalisation en service d'Endocrinologie pour bilan initial d'obésité. Evaluer le suivi médical et paramédical réalisé par les patients, selon leur statut « addict alimentaire » ou non, en référence à une prise en charge minimale attendue et évaluer l'influence du niveau socio-économique sur la prise en charge réalisée. Cohorte historique monocentrique chez des patients hospitalisés durant l'année 2017 dans le service d'Endocrinologie de Lyon sud. Le poids mesuré en hospitalisation et le statut « Addict alimentaire » ou non, selon la YFAS 2.0 étaient renseignés dans le dossier médical. Trois ans après l'hospitalisation, le poids déclaré ainsi que le suivi médical et paramédical réalisé ont été recueillis par un auto-questionnaire adressé aux patients par courrier puis relance téléphonique. L'évolution pondérale a été comparée entre les 2 groupes : Addicts Alimentaires (AA) et Non Addicts alimentaires (NA). Le suivi réalisé sur la période a été évalué en référence à une prise en charge minimale attendue. Le statut professionnel a été utilisé comme reflet du niveau socio-économique pour l'évaluation du suivi réalisé. 60 patients ont été inclus dont 25 AA et 35 NA. La perte de poids moyenne est de 16,5 27,3 kg dans le groupe AA contre 20,6 21,5 kg dans le groupe NA sans différence significative (p 0,512). En l'absence de chirurgie bariatrique, il existe une différence de poids significative (p 0,02) entre les deux groupes avec une perte de poids moyenne de 6,4 11 kg chez les NA et une prise de poids moyenne de 1,6 5,5 kg chez les AA. Une chirurgie bariatrique a été réalisée chez 40% (n 24) de la population étudiée. En analyse multivariée, la chirurgie est le seul facteur significativement associé à la perte de poids (r - 0,839 ; p 0,0001). La proportion de patients opérés est plus importante dans le groupe NA. La perte de poids après chirurgie n'est pas significativement différente entre les NA et AA (p 0,24). Au cours des trois années suivant l'hospitalisation, aucun des patients inclus n'a bénéficié d'une prise en charge minimale attendue. La prise en charge avec l'endocrinologue a été réalisée de façon optimale chez 14% (n 6) des patients employés à temps plein, mi-temps ou étudiants contre 41%(n 7) des patients sans emploi (p 0,035). Le reste du suivi n'est pas significativement différent selon le statut professionnel. Cette étude confirme que l'addiction alimentaire est un facteur péjoratif sur l'évolution pondérale lors de la prise en charge médicale. Elle nécessite d'être diagnostiquée et une prise en charge spécialisée. Dans cette étude, la chirurgie bariatrique est le seul déterminant permettant une perte de poids significative avec une efficacité similaire selon le score YFAS pré-chirurgical. Enfin, le suivi médical n'est pas réalisé tel que recommandé et suppose l'existence de freins qu'il est nécessaire d'identifier
2020
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
obésité
personnes
addictions
toxicomanie
Comportement toxicomaniaque
Addiction
Addiction à la nourriture
Comportement toxicomaniaque

---
N2-AUTOINDEXEE
Repenser la désinhibition alimentaire dans l’obésité, sous l’angle de l’hypothèse de l’addiction à l’alimentation
http://www.theses.fr/2019LYSE1003
L’addiction à l’alimentation (AA) est un concept ancien, mais encore sujet de controverses qui toucherait 18 à 24 % des obèses. Dans cette thèse, nous nous sommes intéressés aux intrications entre régulations du comportement alimentaire, addiction et AA, afin de mieux comprendre les mécanismes liés à la désinhibition de la prise alimentaire. Notre travail a conduit à plusieurs résultats : 1) Une revue de la littérature a permis de montrer l’existence d’interaction étroite entre les niveaux de régulation du comportement alimentaire et comment AA pourrait en être un exemple de dérégulation. 2) Une étude de cohorte a permis de démontrer l’existence de caractéristiques cliniques communes entre addictions et AA et celle d’un probable transfert d’addiction de la nicotine vers l’alimentation. 3) Sur le plan expérimental, nous avons montré qu’il existe des perturbations des ondes P300 et N200, dans l’obésité et la désinhibition alimentaire, proches de celles observées dans les addictions. 4) Enfin, nos résultats suggèrent le rôle potentiel de la ghréline comme marqueur de risque de trouble du comportement alimentaire. Ce travail ouvre des perspectives sur le plan expérimental, avec la suggestion de groupes contrôles plus pertinents ; cliniques, avec la création d’un potentiel test de dépistage rapide ; thérapeutiques, avec la mise en place d’un essai thérapeutique par tDCS
2019
theses.fr
France
thèse ou mémoire
Alimentation
Obésité
Addiction
angulaire
altération de la nutrition: excès nutritionnel
obesite
Aliments
obésité
obésité
désinhibition
toxicomanie
addictions
alimentation
régime alimentaire
Obésité
Addiction à la nourriture
obésité
aliments

---
Nous contacter.
27/09/2022


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.