Libellé préféré : passage à l'acte;

Synonyme CISMeF : Acting out;

Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Acting out;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N3-AUTOINDEXEE
Passage à l'acte suicidaire de l'adolescent : un état des lieux des connaissances en milieu scolaire? : enquête par auto-questionnaire auprès de 100 professionnels scolaires
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02933628
2020
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Adénomatose kystique
enquêteur
Savoir
transitoire
connaissance
adolescence
Enquêtes et questionnaires
passage à l'acte
adolescent
Adolescent
Adolescent
connaissance

---
N3-AUTOINDEXEE
Points de vue d'adolescents ayant réalisé un passage à l'acte suicidaire : quelles attentes ont-ils de leur relation à leur médecin traitant
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02517075
Introduction : en France, le suicide constitue la seconde cause de mortalité chez les adolescents, en faisant un problème majeur de santé publique. L’objectif de recherche de ce travail consiste à analyser à travers le vécu d’adolescents ayant réalisé un passage à l’acte suicidaire, leurs attentes vis-à-vis de leur médecin généraliste, en matière de relation et de prise en charge. Matériel et Méthode : une étude qualitative par entretiens semi dirigés a été menée auprès d’adolescents pris en charge initialement pour une tentative de suicide au C.H.U de Nîmes. Résultats : dix adolescents âgés de 13 à 18 ans ont été rencontrés. L’analyse thématique a permis de répondre à l’objectif principal. Les adolescents attendent de leur médecin traitant une écoute empathique et sans jugement, ils souhaitent être reçus seuls en consultation et dans le respect du secret médical. Le médecin généraliste doit rechercher derrière un motif de consultation somatique des demandes secondaires et rappeler ses fonctions de prise en charge somatique mais aussi psychologique ou relationnelle. Conclusion : le médecin généraliste peut représenter une personne ressource pour son patient adolescent en situation de souffrance psychologique. L’ancienneté de la relation est pour cela un atout majeur. L’instauration d’une consultation semestrielle pourrait permettre d’améliorer la relation médecin-adolescent et de favoriser le dialogue.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Adolescent
Médecine
Adolescent
Médecins
médecins généralistes
transitoire
adolescent
adolescence
attention
passage à l'acte
Vision
Médecins
attention
médecine
médecins

---
N3-AUTOINDEXEE
Incidence de la récidive suicidaire dans l’année qui suit un premier passage à l’acte : une cohorte historique avant la modification de l’offre de soins : étude RAPPAS
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02430164
Contexte : L’antécédent de TS représente le facteur de risque majeur de récidive suicidaire, avec un risque accru dans l’année qui suit le passage à l’acte. L’offre de soins dans la région grenobloise s’est récemment diversifiée avec la création du Centre Thérapeutique Ambulatoire Intensif (CTAI). L’évaluation de l’efficacité de ce dispositif nécessite de connaître en amont l’incidence de la première récidive suicidaire. Objectif : Estimer l’incidence de la première récidive suicidaire dans l'année suivant une 1ère TS. Méthodes : Cette étude observationnelle, rétrospective, porte sur une cohorte de 154 primo-suicidants. Etaient inclus tous les patients majeurs admis aux urgences du CHU de la Tronche pour une première TS en 2016. Les patients souffrant de schizophrénie, de trouble bipolaire, ou de handicap mental documentés, ainsi que les patients non francophones étaient exclus de l’étude. Résultats : 20 patients, soit 12.9% [IC à 95%: 8- 19] ont récidivé dans l’année suivant leur première tentative de suicide. Aucun suicide n’a été enregistré dans l’année suivant le premier geste suicidaire. La moitié des récidives se sont produites dans les 3,6 mois. 41 patients (26%) étaient hospitalisés en psychiatrie ou addictologie dans les 10 jours suivant leur passage aux urgences pour un premier geste suicidaire tandis que 33 patients (21%) ont été réadmis aux urgences à distance de leur 1ère TS. Conclusion : Le taux de première récidive à 1 an au sein des primo-suicidants est comparable aux données de la littérature.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
prestations des soins de santé
incidence
transitoire
récidive
passage à l'acte
Soins
soins

---
N2-AUTOINDEXEE
La violence en milieu carcéral: étude des facteurs de risque de passage à l’acte dans une population d’hommes détenus en maison d’arrêt
http://www.sudoc.fr/231612613
Introduction- La violence est une problématique endémique en milieu carcéral (physique, psychologique, contre les autres, contre soi-même) aux conséquences parfois extrêmes (suicide, homicide). Les troubles psychiatriques sont surreprésentés en prison, mais leurs liens avec la survenue de comportements violents sont mal connus. L’objectif de cette étude est de repérer des facteurs de risque psychiatriques présents à l’entrée en détention susceptibles de favoriser l’émergence de comportements violents. Matériel et méthode- Une étude observationnelle a été conduite à partir d’un échantillon d’hommes incarcérés en 2012 à la maison d’arrêt de Villeneuve-les-Maguelone (France). Des données sociodémographiques et pénales ont été recueillies et une évaluation psychiatrique standardisée (MINI) a été réalisée chez tous les entrants en détention. Les rapports d’incidents commis par ces sujets ont ensuite été recueillis sur une durée de 12 mois suivant leur incarcération. Résultats : 520 sujets ont été inclus et 134 incidents ont été relevés. Parmi ceux-ci, il y avait 130 incidents violents, dont 125 étaient des agressions envers d’autres détenus ou le personnel, et 5 étaient des gestes auto-agressifs. La majorité des auteurs d’incidents étaient incarcérés pour violences commises sur des personnes ou mixtes (atteinte aux biens et aux personnes) et avaient déjà été incarcérés auparavant (70%). Ils sont 74% à être déjà suivi à l’UCSA avant l’incident. L’âge jeune, le diagnostic de trouble bipolaire et celui de trouble de la personnalité antisociale à l’entrée sont associés significativement avec la survenue d’un incident hétéro-agressif en détention après ajustement sur les facteurs de confusion. Le trouble bipolaire est la pathologie la plus associée au passage à l’acte violent du détenu. Conclusion- D’autres études sont nécessaires devant les biais importants de recueil, afin d’améliorer le repérage des troubles psychiatriques à l’entrée en détention et l’évaluation du risque de violence, dans le but d’optimiser la prévention des comportements violents à l’intérieur de la structure
2018
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
facteur de risque
Violence
prisons
violence
Etude du milieu
transitoire
risque de violence
collecte de données
population
facteurs de risque
passage à l'acte
hommes
Population de passage

---
N2-AUTOINDEXEE
Maltraitance dans l’enfance et risque suicidaire à l’âge adulte: facteurs associés au passage à l’acte suicidaire
http://www.sudoc.fr/230988717
Introduction : Le suicide de même que la maltraitance infantile sont deux fléaux à l’échelle mondiale, problèmes de santé publiques majeurs. Les conséquences en termes de psychopathologie des mauvais traitements subis dans l’enfance sont bien connues : troubles thymiques uni- ou bipolaires plus fréquents, plus graves aussi ; troubles du comportement alimentaires, troubles anxieux et bien sûr risque suicidaire majoré. Objectif et méthodologie : comparer des sujets suicidants et non suicidants aux antécédents de maltraitance (évalués au moyen de la CTQ) afin de définir des facteurs de risque de passage à l’acte suicidaire. Résultats : Absence d’effet propre des antécédents de maltraitance/négligence sur le passage à l’acte suicidaire, rôle des abus sexuels significatif en analyse univariée uniquement. Rôle important des évènements de vie récents : état de santé d’un proche ( OR 0,21 [0,11 – 0,40] p 0.0001), rupture ( OR 0,51 [0,26 – 0,99] p 0,05) et problèmes judiciaires ( OR 0,31 [0,13 – 0,77] p 0,01). Taux de CRP supérieurs à 3 (seuil de « positivité » clinique) significativement moins retrouvés dans le groupe non suicidant : 33,69 % vs 15,57 % (OR 0,32 [0,19 – 0,56] p 0,0003). Conclusion : Notre étude suggère le rôle particulier des évènements de vie défavorables récents et de l’inflammation biologique dans le passage à l’acte suicidaire chez les sujets aux antécédents de maltraitance/négligence infantiles
2018
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
transitoire
facteur de risque
enfance
passage à l'acte
maltraitance des enfants
facteurs de risque
Facteurs âges
Maltraitance
facteur âge
idéation suicidaire

---
N2-AUTOINDEXEE
La violence en milieu carcéral: étude des facteurs de risque de passage à l’acte dans une population d’hommes détenus en maison d’arrêt
http://www.sudoc.fr/232672296
Introduction- La violence est une problématique endémique en milieu carcéral (physique, psychologique, contre les autres, contre soi-même) aux conséquences parfois extrêmes (suicide, homicide). Les troubles psychiatriques sont surreprésentés en prison, mais leurs liens avec la survenue de comportements violents sont mal connus. L’objectif de cette étude est de repérer des facteurs de risque psychiatriques présents à l’entrée en détention susceptibles de favoriser l’émergence de comportements violents. Matériel et méthode- Une étude observationnelle a été conduite à partir d’un échantillon d’hommes incarcérés en 2012 à la maison d’arrêt de Villeneuve-les-Maguelone (France). Des données sociodémographiques et pénales ont été recueillies et une évaluation psychiatrique standardisée (MINI) a été réalisée chez tous les entrants en détention. Les rapports d’incidents commis par ces sujets ont ensuite été recueillis sur une durée de 12 mois suivant leur incarcération. Résultats : 520 sujets ont été inclus et 134 incidents ont été relevés. Parmi ceux-ci, il y avait 130 incidents violents, dont 125 étaient des agressions envers d’autres détenus ou le personnel, et 5 étaient des gestes auto-agressifs. La majorité des auteurs d’incidents étaient incarcérés pour violences commises sur des personnes ou mixtes (atteinte aux biens et aux personnes) et avaient déjà été incarcérés auparavant (70%). Ils sont 74% à être déjà suivi à l’UCSA avant l’incident. L’âge jeune, le diagnostic de trouble bipolaire et celui de trouble de la personnalité antisociale à l’entrée sont associés significativement avec la survenue d’un incident hétéro-agressif en détention après ajustement sur les facteurs de confusion. Le trouble bipolaire est la pathologie la plus associée au passage à l’acte violent du détenu. Conclusion- D’autres études sont nécessaires devant les biais importants de recueil, afin d’améliorer le repérage des troubles psychiatriques à l’entrée en détention et l’évaluation du risque de violence, dans le but d’optimiser la prévention des comportements violents à l’intérieur de la structure
2018
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
facteur de risque
Population de passage
violence
facteurs de risque
passage à l'acte
prisons
hommes
risque de violence
collecte de données
transitoire
Etude du milieu
Violence
population
population de passage et migrants

---
Nous contacter.
04/02/2023


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.